Jeudi 1er mars 2018 — Dernier ajout mardi 27 février 2018

3e dimanche de Carême, année B

Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce.

Ex 20, 1-17 Ps 18 1 Co 1, 22-25 Jn 2, 13-25

  • Le dimanche 4 mars 2018 iCal
    Troisième semaine de Carême : 3e dimanche de Carême, année B

"Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem. »

Dans le Temple, il trouva installés les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici. Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. Le Temple est le lieu de la beauté où Dieu se fait proche et où l’homme accepte de s’approcher de Dieu. Jésus, dans un geste inattendu, renvoie les Juifs à l’œuvre suprême de Dieu : « La maison de mon Père ! » Il fallait passer à travers un réseau de marchands et de marchandages pour rendre un culte à Dieu. Les Juifs avaient prévu tout ce qu’il fallait pour le culte, même les changeurs de monnaie ! La beauté et la richesse du Temple flattaient l’orgueil des hommes ! Ils sont scandalisés quand Jésus chasse les vendeurs du Temple. Jésus annonce que pour la gloire de Dieu, il faut une conversion. Nous préférons aujourd’hui encore maîtriser toute chose. Etre de bons moralistes et avoir une spiritualité bien ordonnée, nous inscrit dans la domination du culte. C’est l’adoration de Dieu qui est le fondement du culte divin, c’est lui le Seigneur Dieu.

"Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit : L’amour de ta maison fera mon tourment."Des Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? » Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. » Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais ! » Mais lui parlait du sanctuaire de son corps. Le monde ignore tout de Dieu qui créa l’homme à son image, comme sa ressemblance. C’est une purification profonde que Jésus manifeste. Jésus révèle la grandeur de notre être qui est temple de Dieu car nous sommes créé à l’image de Dieu. Avec lui nous sommes liés pour devenir ce que nous sommes, pour réaliser notre être par nous-meme. Jésus est le Temple de la nouvelle alliance, c’est par lui et en lui que nous avons accès auprès du Père et que le Père vient au-devant de nous. Ce sera la résurrection de Jésus qui donnera le sens de cette phrase qui pèsera si lourd dans son procès : « Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai. » Tel est bien le mystère central de ce passage, le Corps de Jésus, sa Personne vivante est bien concrète. Le seul lieu de la rencontre entre Dieu et les hommes, entre Dieu et ceux qui l’adorent en vérité, est bien lui, Jésus.

"Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite." Pendant qu’il était à Jérusalem pour la fête de la Pâque, beaucoup crurent en son nom, à la vue des signes qu’il accomplissait. Jésus, lui, ne se fiait pas à eux, parce qu’il les connaissait tous et n’avait besoin d’aucun témoignage sur l’homme ; lui-même, en effet, connaissait ce qu’il y a dans l’homme. Le Temple de Dieu n’est pas fait de main d’homme. L’Apocalypse le contemple comme la Jérusalem d’en haut. Déjà nous avons le pressentiment d’un immense bonheur à venir. Dieu lui-même essuiera toute larme de nos yeux, et il n’y aura plus de mort, plus de pleurs, de cris ni de détresse, car la première création aura disparu. Il nous transporte en pensée quand Dieu aura fait toutes choses nouvelles, alors la communauté des rachetés rejoindra le Christ, comblée de joie, comme une jeune épousée. Dieu a mis dans notre cœur sa loi d’amour pour nous entraîner à aimer. Dès que nous quittons Dieu, notre cœur se durcit, il se sclérose, jusqu’à devenir « un cœur de pierre. » Un cœur de chair est un cœur qui va s’attacher, qui va souffrir. Dieu nous donne sa loi d’Amour pour nous faire entrer dans une explosion d’amour et de vie. Il veut que son Amour infini, l’Esprit Saint, nous guide sans cesse, que notre esprit lui-même soit en harmonie avec l’Esprit Saint.

Nous demandons la grâce de nous convertir, de mettre notre cœur à l’école de l’Esprit Saint

Vos témoignages

  • pierre 4 mars 2018 08:21

    Le véritable temple de Dieu c’est le corps du Christ. C’est Jésus qui le dit, qui le révèle et qui est le premier à ressortir de la tombe refermée sur Lui.

    La Fête de Pâques approche pour nous aussi et cette Parole de Jésus balaye notre ritualisme avec une vigueur hors du commun : La Loi du Seigneur est parfaite qui redonne vie.

    Comme on fait un nettoyage de printemps, cet évangile purifie l’attachement aux temples païens et aux constructions humaines de tous les temps, œuvres fédératrices mais où la communauté s’enferme comme dans une tour de Babel, où l’ultime étape est un étage de plus, au lieu de la rencontre avec la Parole Divine, les uns pour les autres.

    Les dialogues animés par l’échange de biens matériels entre humains sont des obstacles à la rencontre gratuite avec Jésus dont la Parole de Vie est un don pour chacun dans le Souffle vital et théologal de l’Esprit Saint.

    Le Christ nous christianise gratuitement. C’est Lui qui par sa Parole, son Corps, son Sang, son Esprit Saint, sa Divine Miséricorde, nous fait entrer dans la nouveauté du jour de Pâque inauguré par Lui.

    La communauté de l’église c’est plus que les chapelles et les basiliques (nécessaires pour signifier et abriter le culte) car c’est le rassemblement (ecclésia = assemblée en grec) des baptisés réunis par la Parole de Vie, Jésus-Christ inaugure un enseignement (sur la Vie éternelle) insurpassable et toujours valable (Luc 21 : Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas).

    Dans la liturgie catholique (ouverte à tous les baptisés-présent, défunts, et à venir) L’Esprit Saint est à l’œuvre pour faire vivre au plus près du Corps du Christ (communion Eucharistique) qui demeure source de Vie Éternelle pour les chrétiens.

    La communauté liturgique réunie en paroisse, fraternise et se christianise (du plus grand au plus petit et du plus proche au plus éloigné), parce que l’Esprit du Seigneur (Bénédiction Divine) est répandu dans cette assemblée au cœur de chacun célébrant, « En son Nom - Jésus = Dieu qui nous sauve », la mort et la résurrection de Jésus- Christ - l’Agneau de Dieu qui prend sur Lui tout nos manques d’amour.

    Et c’est l’action de L’Esprit Saint dynamisme personnel de Jésus Christ qui demeure présent en son corps (don mutuel dans l’amour du Christ surabondant et de l’église en croissance organique et spirituelle) qui conduit notre cœur à la découverte et à l’écoute de son cœur sacré pour nous émerveiller et nous convertir à la Vie dans son Saint Amour Éternel.

    Il est toujours étonnant de redécouvrir cette grâce du Corps du Christ donné à tous et à chacun, dans un chant de communion « devenez ce que vous recevez, le Corps du Christ » - amour donné et amour reçu dans geste simple où l’Esprit Saint qui imprègne les uns et les autres fait vivre un moment de Grâce qui fait toucher au but de l’Eternel Amour de Jésus pour tous et pour chacun.

    • 3e dimanche de Carême, année B 4 mars 2018 15:28, par denise brouillette

      Le Temple se bâtit un cœur à la fois.

      Dieu croit en moi, Dieu croit à mon repentir..Il se fait Souverain de« mon temple »et je l’accueille. Comme elle était encombrée mon âme/temple avant la Rencontre. Colère, haine vengeance faisaient bon ménage avec jalousie et orgueil.Il y avait bien une petite lumière qui ne voulait pas s’éteindre, une pointe d’espérance que nomme maintenant : l’Esprit de Dieu. Avec mon consentement, l’Esprit Saint a soufflé sur les articles morts qui obscursissaient mon temple, non sans rrésistance, ils sont tenaces les petits démons.À plusieurs on est plus forts, je me suis rapprochée de la communauté chrétienne, des sacrements, et j’y ai rencontré le Christ de l’Évangile. Le doux et humble de cœur, le miséricordieux, l’amoureux sans bon sens. Je prie pour obtenir Ses armes sacrées et peut-être arriverai-je à adorer Dieu en vérité.

      Merci père Gilbert de m’entendre (cœur) dans ma confession.

  • Corentin 28 février 2018 23:21

    Merci Père pour cette belle homélie qui est un cadeau pour vivre le Carême proche du Cœur du Père si Aimant,vsi Vrai.

  • REGINE 8 mars 2015 19:10

    Oui, l’Esprit Saint est bien l’ unique essentiel dont nous avons besoin.

    Mon Dieu viens à l’aide de notre humanité rongée par le péché et de notre surdité face à ton message d’amour, en commençant par moi-même, évidemment.

  • Marie-Astrid 8 mars 2015 08:33

    La loi d’Amour de Dieu, ce serait l’Esprit Saint ? D’où la nécessité de la prière « en tout temps » si on veut vivre dans l’Amour ?