Vendredi de la 12e semaine T.O. impaire

Lorsque Jésus descendit de la montagne, des foules nombreuses le suivirent.
Vendredi 26 juin 2015

Gn. 1, 1.9-10.15-22 Ps. 127 Mt. 8, 1-4

  • Le vendredi 26 juin 2015 iCal
    Semaine 12 : Vendredi de la 12e semaine T.O. impaire

Et voici qu’un lépreux s’approcha, se prosterna devant lui et dit : « Seigneur, si tu le veux, tu peux me purifier. »

Un « lépreux » est un homme impur avec lequel un israélite ne doit avoir aucun contact ! C’est une simple règle de prudence et d’hygiène face aux maladies de peau qui évite sa propagation parmi le peuple. Il devait vivre en-dehors des villes et des villages, porter des vêtements déchirés, et prévenir de sa présence en criant : « Impur ! Impur ! » Voilà ce que produit le péché, nos actes de non-amour envers Dieu et envers nos frères. Le lépreux est "signe" de la destruction qu’opère le péché, impur dans l’âme, conséquence du non-amour, séparé de l’Amour de Dieu et de l’amour des hommes, exclu de la vie communautaire, de la vie liturgique et sacramentaire. Mais Dieu ne nous laisse pas à notre triste sort, Il ne nous abandonne jamais, Il nous ouvre toujours un chemin de retour à Lui, un chemin de réconciliation et d’Amour. Ce lépreux, exclu du monde des vivants, est comme mort, alors il reconnaît en Jésus, « son Seigneur et son Dieu » il choisit de revenir à Dieu. il adresse à Jésus une prière de demande : "Seigneur, si tu le veux, tu peux me purifier," il appelle tout naturellement Jésus "Seigneur", c’est-à-dire Maître, car il a reconnu en Lui Celui qui peut le sauver de sa lèpre. Jésus attend que nous revenions à Lui, Il nous appelle à Lui et nous cherche pour nous ramener à Lui, pour nous réintroduire dans la communion avec Lui. Ce lépreux « s’approcha » de Jésus, ce n’est pas une attitude qui consisterait à se retourner vers Dieu et à attendre que Dieu vienne à lui, c’est une attitude dynamique qui l’engage dans sa pleine liberté, avec son poids de misère, avec tout ce qu’il y a de bien en lui et tout ce qu’il y a de moins bien, il s’avancer vers Dieu, résolument et avec confiance.

« Jésus étendit la main, le toucha et lui dit : « Je le veux, sois purifié. » Et aussitôt il fut purifié de sa lèpre ». Dieu veut nous sauver, Il veut pardonner nos péchés, il veut que nous soyons en communion avec Lui. "Si tu le veux" dit cet homme, il fait un acte d’abandon, il prend le risque de s’en remettre à la Volonté de Dieu qui peut tout. Il prend le risque de faire confiance à Jésus qu’il a reconnu comme son Dieu. Il prend le risque de recevoir les bienfaits de Dieu qui n’est qu’Amour et Bonté, que la Volonté de Jésus à son égard ne soit pas tout à fait accordée à ses propres désirs, mais il fait pleinement confiance, sachant que ce que veut le Seigneur est ce qu’il y a de mieux pour lui. Voilà son acte de foi. Voilà la responsabilité de l’homme : choisir librement et par amour d’aller vers le Seigneur, reconnaître son péché, et ainsi revenir dans la communion avec Dieu pour laquelle nous avons été créés. Dieu a mis un trésor dans notre cœur en nous donnant la foi pour que nous gardions l’espérance et l’ardeur de la charité : La foi est liée à notre amour. Dieu ne nous laisse pas à notre triste sort, Il ne nous abandonne jamais, Il nous ouvre toujours un chemin de retour à Lui, un chemin de réconciliation et d’Amour. Dieu donne toujours la possibilité à l’homme de revenir à Lui, de retrouver la communion avec Lui. Dieu appelle, mais la décision de vouloir revenir à Lui appartient à la liberté de l’homme.

Jésus lui dit : « Attention, ne dis rien à personne, mais va te montrer au prêtre. Et donne l’offrande que Moïse a prescrite : ce sera pour les gens un témoignage. » Rien n’est impossible à Dieu, même cette lèpre contagieuse, qui rend impur quand on la touche peut être guérie par Jésus. La demande de Jésus a de quoi étonner : Lui, Jésus, le Seigneur et le Dieu, le Verbe par lequel tout a été fait et rien de ce qui fut, ne fut sans Lui", lui dit d’aller se montrer au prêtre. Nous reconnaissons là l’humilité de Jésus, avec grande douceur, il donne des signes pour que nous croyons ! Y-a-t-il une chose qu’Il ne puisse pas faire ? C’est son désir le plus cher de nous purifier, de nous pardonner notre péché afin de nous réintroduire dans son amitié. Jésus va prendre dans sa passion toutes nos blessures, tout sera guéri dans son cœur transpercé, c’est le secret dans lequel il nous faudra entrer. Jésus, si tu le veux, tu peux réaliser ton œuvre de guérison que tu as fais espérer à mon cœur ! Il ne nous faut non seulement un sursaut de foi pour que Dieu fasse son œuvre en nous ; Nous avons tellement de mal à croire que Dieu peut agir dans nos vies. Jésus veut faire surabonder les sources de vie en nous, il veut que nous demeurons dans la foi. Cette foi retourne le cœur de Jésus : « Je le veux, sois purifié. Jésus étendit la main, le toucha. » Le désir du cœur de la créature rejoint le désir du cœur de Dieu qui a mis un trésor dans notre cœur en nous donnant la foi, pour que nous gardions l’espérance et l’ardeur de la charité.

Nous demandons que la grâce de la foi doit grandir dans notre cœur.