Mardi 27 juin 2017

Vendredi de la 21e semaine, année impaire

“Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.”

1 Th. 4, 1-8 Ps. 96 Mt. 25, 1-13

  • Le vendredi 1 septembre 2017 iCal
    semaine 21 : Vendredi de la 21e semaine, année impaire

"Alors, le royaume des Cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux."

Cinq d’entre elles étaient insouciantes, et cinq étaient prévoyantes : les insouciantes avaient pris leur lampe sans emporter d’huile, tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes, des flacons d’huile. Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Au milieu de la nuit, il y eut un cri : “Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.” La passion de Jésus ne cesse d’approcher et elle s’impose à ses disciples. Il faut recentrer la relation sur l’essentiel, sur l’intime, à la suite de Jésus, qui bientôt ne sera plus là. Jésus parle de son propre retour, et donc en creux, du temps où les disciples vont vivre seuls. Nous connaissons ce temps depuis toujours. Nous sommes appelé à la fidélité du don reçu, dans une nouvelle présence dans la foi de plus en plus vivante. Le nombre de dix est le signe de la communauté. Chacun est aimé d’un amour unique comme Marie, la mère de Jésus, et en même temps c’est toute la communauté qui est aimée. Dieu seul peut réaliser ce mystère. Jésus nous propose d’accueillir le don de son amour et de réfléchir à la manière dont nous répondons à cet amour. L’amour des époux est un amour de choix qui oblige à la réciprocité du don. Cette réciprocité provoque au cœur de Dieu un plus grand amour encore. Jésus nous rappelle cet amour de l’Époux qui est différent d’un amour filial, fraternel.

« Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et se mirent à préparer leur lampe. Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes : “Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.” Les prévoyantes leur répondirent : “Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous, allez plutôt chez les marchands vous en acheter.” Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Jésus met en scène l’attitude de fidélité qui rendra possible l’accès au Royaume. Il s’agit d’être présent et disponible au moment venu qui est imprévisible. Dans cette attente de Jésus, les jeunes filles prévoyantes prendront de l’huile. La symbolique juive de l’huile est très importante. Cette huile est le signe de la cohérence entre le choix d’amour que nous faisons et la transformation que ce choix d’amour opére dans notre cœur. L’huile de nos vies est la symbolique de l’état de veille que nous ne pouvons nous échanger. L’attente du bien aimé pour accueillir l’époux et la préparation de cette rencontre. Ceux qui s’aiment en vérité sont transformés par leur amour. Si véritablement j’aime, ma vie en est transformée.

"Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent : “Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !” Il leur répondit : “Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.” Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. Ce renvoi manifeste le cœur de la liberté qui conduit à la vie. Jésus ne nous demande pas un acte particulier, mais il nous appelle à une attitude qui va informer toute notre vie de veille et d’attente. Attendre, quand l’autre n’est pas là, ne peut se vivre qu’en aimant. Aimer dans l’absence, c’est attendre, c’est accepter le travail de ce manque, de savoir que là, mystérieusement, l’amour est présent sous cette forme que cette absence lui donne. Il nous est donné d’apprendre à recevoir, à savoir se quitter pour creuser en nous l’aptitude de recevoir lorsque l’Epoux surgira. Ce temps vide où l’Autre va travailler mystérieusement en moi, va devenir rempli et me donne de me quitter pour m’ouvrir plus profondément encore à sa présence. Là est le secret du temps où nous sommes : laisser l’amour pousser en nous. Chacun de nous est heureux d’être là pour l’accueil de Jésus qui vient. Dieu que représentent ces dix jeunes filles invitées aux noces, invitées à l’amour sponsal, amour unique de Jésus pour nous. Nous nous préparons à la rencontre avec le Bien aimé par la fidélité et la vigilance de notre vie. Nous accueillons la réalité de l’amour transformant de Dieu qui nous est donné : "Heureux les invités au festin des noces de l’Agneau." Nous ne cessons de rendre grâce à Dieu pour l’amour qu’il nous porte.

Nous demandons la grâce de la fidélité dans la persévérance qui nous prépare à la rencontre de l’Époux.