Vendredi 14 juillet 2017

Vendredi de la 24e semaine, année impaire

Jésus, passant à travers villes et villages, proclamait et annonçait la Bonne Nouvelle du règne de Dieu.

1 Tm. 6, 2c-12 Ps. 48 Lc. 8, 1-3

  • Le vendredi 22 septembre 2017 iCal
    semaine 24 : Vendredi de la 24e semaine, année impaire

"Ensuite, il arriva que Jésus, passant à travers villes et villages, proclamait et annonçait la Bonne Nouvelle du règne de Dieu."

Une connaissance de la Personne de Jésus ne peut s’acquérir que dans la mesure où notre cœur est ouvert à son égard, ou nous rencontrons sa miséricorde. Alors il devient l’unique objet de notre affection, et nous cherchons ce qu’il convient de faire pour Lui plaire. Jésus est « le Pauvre, » il a rencontré des cœurs qui se sont attachés à sa personne, d’humbles femmes, l’ont aimé et servi, dans leur faiblesse et dans leurs affections. Jésus est venu dans ce monde rempli de suffisance, qui méprise et délaisse les pauvres, et qui les rejette. Avec lui, nous sommes disposés à recevoir le mépris des orgueilleux. Les femmes qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée sont venues au sépulcre apporter les aromates qu’elles avaient préparés pour lui, qui est passé à travers villes et villages, semant la révolution de l’Amour. Jésus remet l’humanité dans de toutes nouvelles relations d’amour, dans de tous nouveaux rapports de justice. Il proclame la bonne « Nouvelle du règne de Dieu. » Il se laisse acclamer par les enfants, Il sauve les souffrants, guérit les malades. A sa suite, nous sommes appelés là où l’Esprit Saint nous conduit ! Jésus est le seul Maître et nous avons tous besoin d’être guéris par lui pour entrer dans cette nouvelle relation d’Amour.

« Les Douze l’accompagnaient, ainsi que des femmes qui avaient été guéries de maladies et d’esprits mauvais : Ceux qui ont compris le chemin suivi par Jésus partagent son humble condition. Ils prennent avec eux de ce qui lui est nécessaire ! Né dans une crèche, car il n’y avait pas de place pour Lui dans l’hôtellerie, il n’aura pas, durant son ministère « aucun lieu pour reposer sa tête. » Jésus parcourt les chemins de notre terre souillée par le péché dans l’humilité profonde. Il est le Créateur des mondes, celui qui commande au vent et à la mer. Il ordonne aux démons de sortir des hommes, il guérit toutes maladies et ressuscite les morts. Mais c’est aussi Celui qui demande à une pauvre femme, elle-même assoiffée : « Donne-moi à boire. » A travers villes et villages, personne n’est oublié. Jésus enseigne au bord du lac ou sur les flancs de la montagne. Partout, Il prêche le royaume de Dieu et apporte la bonne nouvelle de la paix avec Dieu. Nous croyons en lui dans la foi qui est une épreuve, c’est la foi dans un amour invisible. Vivre de cet amour nous aide à être davantage croyant. L’espérance est un mouvement de croissance dans l’amour. Pour tenir bon dans notre vie spirituelle, il nous faut vivre de foi et d’amour, et espérer davantage dans la douceur et l’humilité.

« Marie, appelée Madeleine, de laquelle étaient sortis sept démons, Jeanne, femme de Kouza, intendant d’Hérode, Suzanne, et beaucoup d’autres, qui les servaient en prenant sur leurs ressources. » La mention de Jeanne, femme de Chuzas est une source précise dont Luc a disposé ! Son mari occupait une charge importante à la cour d’Hérode Antipas, il était son intendant. Jeanne est mentionnée avec Marie de Magdala après la crucifixion de Jésus et son ensevelissement. Un même amour pour Jésus unissait ces deux femmes. Ce qu’elles ont accompli pour lui était dicté par leur amour pour Jésus. C’est un encouragement pour nous qui aujourd’hui encore, accomplissons un service par amour pour lui. Dans le combat spirituel, nous mettons en œuvre la charité qui nous fait vivre dans le Christ. Nous habitons la toute petitesse du cœur qui nous émerveille dans la grâce des tous petits. Les pauvres ont besoin du contact avec Jésus qui a fondamentalement renouvelé l’humanité.

Nous demandons la grâce d’être attentif à la Parole de Dieu, que notre vie soit un témoignage de son Amour.

Vos témoignages

  • 17 septembre 2015 20:46

    Je trouve cette homélie d’une clarté et d’une simplicité qui explique si bien la venue de Jésus, sa nature, son Amour pour nous les pauvres. ’Qui est Dieu, de nous aimer ainsi ?’ Un très grand merci Père Gilbert, car vous avez beaucoup compris..je lirais cette homélie à ceux qui ne connaissent pas Jésus, qui ont besoin de savoir, comme moi, les grandeurs et les hauteurs de Jésus, et de notre Père au Ciel. Merci de partager avec nous ce qui habite votre cœur de prêtre et de contemplatif.