Mardi 29 août 2017

Vendredi de la 29e semaine, année impaire

Quand vous voyez un nuage monter au couchant, vous dites aussitôt qu’il va pleuvoir, et c’est ce qui arrive.

Rm. 7, 18-25a
Ps. 118
Lc. 12, 54-59

  • Le vendredi 27 octobre 2017 iCal
    semaine 29 : Vendredi de la 29e semaine, année impaire

"S’adressant aussi aux foules, Jésus disait : « Quand vous voyez un nuage monter au couchant, vous dites aussitôt qu’il va pleuvoir, et c’est ce qui arrive."

Et quand vous voyez souffler le vent du sud, vous dites qu’il fera une chaleur torride, et cela arrive. Hypocrites ! Vous savez interpréter l’aspect de la terre et du ciel ; mais ce moment-ci, pourquoi ne savez-vous pas l’interpréter ? Nous sommes en effet capable de discerner les signes des temps grâce l’expérience que nous avons reçue des anciens, mais cette l’expérience est extérieure à nous. Pour reconnaître les signes des temps du Royaume, il convient de croire et comprendre que c’est le même et unique Esprit de Dieu qui agit dans l’univers, dans l’histoire et le cœur des hommes. Ainsi la nature nous éduque dans la cohérence des évènements de la vie. Ce signe, s’il est intérieur, entraîne un appel, un éveil de notre liberté, une augmentation de foi, d’espérance et de charité et un engagement actif, sans peur. Reconnaissant dans un événement un signe, c’est une provocation à engager notre liberté pour plus de justice et de vérité, nous reconnais une lumière de l’Esprit de Jésus. Nous portons en nous la souffrance de l’écart, entre ces paroles et ce que nous pouvons en réaliser de la vie de Jésus, et dans notre vie. C’est la Passion de Jésus qui nous sauvera et qui nous donnera la force et la lumière. A l’image et à la ressemblance de Dieu, nous pouvons envisager entrer dans la bonté de Dieu.

"Et pourquoi aussi ne jugez-vous pas par vous-mêmes ce qui est juste ?" Il s’agit de lever les yeux et scruter la réalité à la fois quotidienne et nouvelle pour interpréter les réalités humaines, comprises dans toute leur épaisseur existentielle. Nous sommes invités à y reconnaître des signes de la réalité divine, du dessein de Dieu sur l’humanité qui passe par l’actualité. Les signes qui se donnent dans notre monde, dans toutes les réalités humaines nous interrogent ! Ce sont des signes du « Royaume de Dieu » en cours de réalisation, dont Jésus annonce qu’il « est tout proche. » Le dessein de Dieu dans l’histoire des hommes fut annoncé par les prophètes, rendu actuel dans la venue de Jésus, il nous invite à nous y engager. Nous pouvons nous offusquer devant la violence des événements actuels. Seul l’Amour infini de Dieu nous permet d’appréhender à quel point nous sommes des êtres ténébreux, et que la malice et la méchanceté nous habitent. Mais l’Amour de Dieu, en Jésus dans sa Passion et sa Résurrection, est vainqueur. Il serait juste, devant tant d’amour, de nous mettre en route, d’aimer puisque nous sommes tellement aimé ! Nous pouvons alors faire l’expérience de l’Amour libérant qui fait jaillir la vie en nous. Il nous faut entrer dans le nouvel Amour pour retrouver notre liberté : « Comme Je vous ai aimé, aimez vous les uns les autres. »

"Ainsi, quand tu vas avec ton adversaire devant le magistrat, pendant que tu es en chemin mets tout en œuvre pour t’arranger avec lui, afin d’éviter qu’il ne te traîne devant le juge, que le juge ne te livre à l’huissier, et que l’huissier ne te jette en prison." Je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier centime. » Pour réaliser l’Amour infini de Dieu dans notre vie il nous faut tenir la main de Jésus le Sauveur. Cela vaut plus encore quand le signe de la crucifixion de Jésus ou la mort des martyrs paraît scandaleux aux yeux du monde. Ce signe « des temps, » objets de surprise, de scandale ou d’admiration, n’appellent pas seulement à une contemplation, ils comportent un appel à répondre, à réagir. Le signe de la Résurrection du Christ, qui apparaitra sur les nuées du ciel à la fin des temps, est aussi que des hommes et des femmes se convertissent à son appel, engageant leurs vies dans l’amour de Dieu et de leurs frères. Alors la Grâce de Dieu triomphera en nous de tout obstacle à l’Amour. C’est par une plongée, une immersion dans la Passion et la Résurrection de Jésus, que nous renaissons à la vie. Ce qui a été célébré à notre Baptême, ce oui dit à la Lumière, à l’Amour et à la Vie, nous le reprenons maintenant à notre compte. Avec grande humilité, nous demandons pardon face à notre difficulté à aimer, c’est notre joie et notre action de Grâce.

Nous demandons à Dieu la grâce de vivre de ce nouvel Amour, l’Esprit Saint qui nous est toujours offert pour nous plonger dans l’amour infini de Jésus.

Vos témoignages

  • 23 octobre 2015 20:52

    Cette phrase me fais tellement peur et m’angoisse … est ce que c’est valable pour nos péchés ? Est ce que cela peut faire comprendre que nous aurions jamais fini de « payer » ?

    " Je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier centime. »

    • Vendredi de la 29e semaine, année impaire 24 octobre 2015 11:00, par Père Gilbert Adam

      Nous n’avons pas peur Helene car :

      « Alors la Grâce de Dieu va triompher de tout obstacle à l’Amour en nous. C’est une plongée, une immersion dans la Passion et la Résurrection de Jésus, pour que nous renaissions à la vie. Ce qui a été célébré à notre Baptême, ce oui dit à la Lumière, à l’Amour et à la Vie, nous le reprenons alors à notre compte. Avec grande humilité, nous demandons pardon face à notre difficulté à aimer, c’est notre joie et notre action de Grâce. »