Vendredi 14 novembre 2014

Vendredi de la 32e semaine, année paire

« Et comme il advint aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il encore aux jours du Fils de l’homme. »

2 Jn. 1, 4-9 Ps. 118 Lc. 17, 26-37

  • Le vendredi 14 novembre 2014 iCal
    semaine 32 : Vendredi de la 32e semaine, année paire

« Aux jours de Noé, on mangeait, on buvait, on prenait femme ou mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; et vint le déluge, qui les fit tous périr.

De même, comme il advint aux jours de Lot : on mangeait, on buvait, on achetait, on vendait, on plantait, on bâtissait ; » l’Évangile évoque d’une manière obscure le terme de notre histoire humaine, individuelle et collective. Nous ne connaissons pas le futur et nous ne pouvons pas l’imaginer, il est pour nous une énigme. Aussi Jésus ne nous en parle qu’avec des images vagues et obscures mais il veut nous rassurer, car la foi bannit toute crainte. Le “Jour du Fils de l’homme” surviendra avec la soudaineté de l’éclair dans le déroulement de la vie normale, comme aux temps de Noé et de Loth. Mais lorsqu’il surviendra, chacun devra être prêt à accueillir la venue du Fils de l’homme, car cet événement sera radical et définitif. C’est dans le Christ que notre cœur s’établit humainement et participe à la vie divine. Avec ceux qui achètent, vendent, plantent ou bâtissent, notre premier souci est de préparer la venue du Royaume. Nous bâtissons la civilisation de l’amour dans le monde dans le souci du Royaume de Dieu. « Deux personnes seront dans le même lit : l’une sera prise, l’autre laissée. » Au niveau social, dans les relations avec les autres, nous préparons le Royaume. C’est aussi à l’intime de nos relations les plus personnelles que nous voulons vivre dans l’amour vrai ! Le rapport à la vérité s’impose partout, nous pouvons être de la même famille, la lumière de notre être doit demeurer !

"Rappelez-vous la femme de Lot. Qui cherchera à épargner sa vie la perdra, et qui la perdra la sauvegardera." En évoquant le monde contemporain de Noé et celui de Loth, Jésus énumère les actions régulières de toute vie ordinaire mais qui doivent être immergée dans le moment présent de Dieu, sans aucun souci de l’avenir. Jésus venu dans la chair, donne à l’humanité quelque chose de fondamentalement nouveau. Nous vivons dans le monde, mais nous ne sommes pas du monde, l’équilibre n’est pas toujours facile à trouver. "C’est pour que notre esprit soit dégagé de ces illusions que le Verbe, la Parole de Dieu, nous invite à secouer des yeux de l’âme ce sommeil profond, afin que nous ne glissions pas loin des réalités véritables en nous attachant à ce qui n’a pas de consistance. C’est pourquoi il nous propose la vigilance, en nous disant : « Restez en tenue de service et gardez vos lampes allumées » Car la lumière, en brillant devant les yeux, chasse le sommeil, et les reins serrés par la ceinture empêchent le corps d’y succomber… Celui qui est ceint par la tempérance vit dans la lumière d’une conscience pure ; la confiance filiale illumine sa vie comme une lampe… Si nous vivons comme cela, nous entrerons dans une vie semblable à celle des anges, dit Saint Grégoire de Nysse. Un cœur profondément humain, donné à Dieu et aux autres, vit de l’amour infini de Dieu. "De tout mon cœur, je te cherche Seigneur ! Garde-moi de fuir tes volontés. Dans mon cœur, je conserve tes promesses pour ne pas faillir envers toi."

« Le Jour où le Fils de l’homme doit se révéler, que celui qui sera sur la terrasse et aura ses affaires dans la maison, ne descende pas les prendre et, pareillement, que celui qui sera aux champs ne retourne pas en arrière. » Nos maladies nos épreuves montrent notre fragilité et nous signalent que la fin peut survenir à tout instant. Jésus nous engage à nous montrer responsables, avec une vue sur le terme de notre pèlerinage, mais sans aucune peur. La vigilance s’accorde bien avec la confiance de la foi. Le défi du Royaume est que nous vivions de l’amour infini de Dieu à partir d’un cœur profondément humain ! Cet amour nouveau est à demander à Dieu, sans cesse, pour vivre dans le monde tout en n’étant pas du monde. L’Esprit Saint nous sera donné par le cœur blessé de Jésus, dans sa passion, et nous trouverons un équilibre totalement nouveau. Nous ne sommes jamais si divins que quand nous vivons pleinement notre humanité. Nous ne sommes jamais si humains que quand nous vivons pleinement la divinité dans l’Esprit Saint qui nous a été donné. "Heureux les hommes intègres dans leurs voies, qui marchent suivant la loi du Seigneur."

Nous demandons la grâce d’entrer dans l’amour tout nouveau apporté par Jésus pour que nous vivions de l’Esprit Saint.