Jeudi 8 décembre 2016

Vendredi de la 6e semaine, année impaire

Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.

Gn. 11, 1-9 Ps. 32 Mc. 8, 34-9,1

  • Le vendredi 17 février 2017 iCal
    semaine 6 : Vendredi de la 6e semaine, année impaire

« Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.

Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Évangile la sauvera. Suivre Jésus nous fait entrer dans le mystère de Dieu prenant la nature humaine. « Il est venu, il a souffert, il est mort, il est ressuscité, il reviendra. » Quand nous voulons suivre l’Agneau partout ou il va, faire corps avec Jésus, nous entrons dans la Parole de Dieu et nous regardons Marie dans ce qu’elle a vécu. Être du Christ en vérité, c’est naître à la passion d’amour de Jésus, passion qui nous fait retrouver l’innocence ! L’agonie de Jésus nous est donnée pour guérir de la culpabilité et de l’angoisse. Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix, ce sera sa guérison. La passion de Jésus se déroule sous nos yeux, dans l’humanité, Parole de Dieu qui est vivante. Nous contemplons le Christ souffrant dans nos frères. Ressuscité il est toujours présent, c’est lui qui nous fait entrer dans sa Passion. Jésus insiste ! Passer par un autre chemin serait se perdre, s’égarer, et rencontrer la mort. Dans le Christ, nous avons été immergés, libérés du chemin de la mort. Des frères, au moment de la venue de Jésus, vivront tellement de lui que le royaume sera là. Cette suite de Jésus sur la terre est pour l’éternité, en vue du royaume qui est déjà là.

"Quel avantage, en effet, un homme a-t-il à gagner le monde entier si c’est au prix de sa vie ?" Que pourrait-il donner en échange de sa vie ? Celui qui a honte de moi et de mes paroles dans cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l’homme aussi aura honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges. » Il y a différentes manières de témoigner de notre foi en Jésus. Nous avons peur de son agonie, du combat qui se vit en nous et en dehors de nous. « Si l’on traite ainsi le bois vert qu’adviendra-t-il du bois sec ! » Mais Jésus est toujours et à l’œuvre dans notre vie. Nous lui demandons la grâce d’être vrai face à lui. Que sa vie soit notre vie. Que le cœur de Jésus soit dans notre cœur. Que Marie et l’Esprit Saint forment en nous l’enfant du Père. Nous demandons la grâce de marcher derrière Jésus, la grâce de vivre de son amour infini, de vivre quelque chose de sa Passion d’amour. Le chemin que Jésus a pris est le chemin du plus grand amour, le chemin de la victoire de l’amour. C’est la victoire de l’amour envers tout ce qui s’oppose à l’amour. Marcher derrière Jésus, c’est marcher sur les routes escarpées du combat spirituel. C’est faire face à l’adversité de l’Adversaire. Il ne nous faut pas quitter le chemin de l’amour. Avec Jésus, prendre sa croix, c’est agir avec son Amour infini.

"Et il leur disait : « Amen, je vous le dis : parmi ceux qui sont ici, certains ne connaîtront pas la mort avant d’avoir vu le règne de Dieu venu avec puissance. » Suivre Jésus, c’est saisir la profondeur du don qu’il est lui-même. Or il y a en nous un « moi » qui lui résiste et nous éloigne de lui. Pour adhérer à notre vraie personne et découvrir l’enfant de Dieu qui sommeille en nous, le Christ est notre chemin. Pour entrer à cette profondeur du mystère de Jésus, nous découvrons les sentiments qui étaient dans le cœur de Marie. Sentiments de tendre compassion. Que notre foi soit vivante pour suivre Jésus et mettre notre foi en pratique pour donner la vie. Quand nous sommes en haute montagne, nous sommes derrière le premier de cordée. Nous ne le quittons pas des yeux. Il est celui que nous regardons bien plus que le chemin. Il est le chemin et tout dépend de lui. Jésus est le premier de cordée dans notre vie chrétienne. Nous sommes derrière lui, nous regardons vers lui sans cesse pour arriver au but ! Il n’est pas seulement le chemin, il est la vie. Marcher à la lumière de sa parole, de son Evangile, nous met dans la vérité. Cette vérité nous libère de nous mêmes. Marcher derrière Jésus n’est pas prendre un autre chemin que le sien. Jésus doit donc devenir « ma » tête. Tout ce que je vais faire va être en fonction de lui.

Puissions-nous vivre de cette foi vivante.