Jeudi 9 mars 2017

Vendredi de la 1re semaine de Carême

Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire

Ez. 18, 21-28
Ps. 129
Mt. 5, 20-26

  • Le vendredi 10 mars 2017 iCal
    Première semaine de Carême : Vendredi de la 1re semaine de Carême

"Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux.

« Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il devra passer en jugement. Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu. Jésus nous invite à grandir dans l’amour fraternel ! Nous voulons répondre à cette parole que nous recevons dans ce temps de Carême. Nous nous hâtons vers la lumière du temps pascal qui arrive. La Mort et la Résurrection de Jésus sont pour aujourd’hui, ne cessant de nous renvoyer au quotidien de notre vie. L’accomplissement de la justice est dans la bonté des rapports avec nos frères. Nous voulons passer d’une loi par trop humaine à une loi nouvelle toute marquée de la grâce divine. Jésus est un Maitre qui nous aide à discerner les mouvements de notre cœur ! Il veut que nous découvrions la bonté d’un cœur à l’image et à la ressemblance du cœur de Dieu ! A cause de la dureté de notre cœur, en pensant du mal de notre frère, nous lui faisons un tort qui donne prise au menteur. Alors nous abandonnons notre confiance en Dieu et nos pensées ne sont plus en harmonie avec les pensées de Dieu. Dans son amour infini, Dieu ne pense du mal de personne, il aime tout ce qu’il a créé.

"Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. La grâce de voir le monde comme Dieu le voit, comme Jésus le vit, est essentiel. Il nous faut découvrir que notre identité véritable est dans la réponse à l’appel du Dieu qui nous aime. Notre justice ne s’appuie pas sur nos activités mais sur la construction de la civilisation de l’Amour en lui. Dans nos Eucharisties, nous croyons que Jésus réalise un monde nouveau. Nous le laissons animer davantage encore nos vies en lui remettant tout ce qui est en notre pouvoir. C’est la gratuité de l’Amour qui nous anime pour que le Royaume survienne pour tous. Nous prenons appui sur le Seigneur Jésus pour donner notre vie pour les autres. Jésus a fait œuvre de justice véritable en ne s’isolant pas du monde mais en assumant toute l’humanité. C’est ainsi que nous assumons en lui, la situation dans laquelle nous nous trouvons, comme le Fils de Dieu fait homme a fait. Jésus nous dit de ne pas nous mettre en colère, de ne pas tomber dans l’insulte, ne pas nous laisser aller à la malédiction. Il nous faut attaquer le mal à sa racine pour l’empêcher de proliférer. La colère ressentie et consentie poussera à l’insulte ; l’insulte proférée, appelant sans doute une riposte, à la malédiction. Et la malédiction, une fois lancée, peut-être à l’affrontement irréparable ! Cette colère, nous pouvions l’apaiser par le silence, par la prière, par un seul mouvement du cœur. La Parole de Dieu est une Lumière qui nous aide à opérer une conversion en profondeur.

Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison.
Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.
Dieu nous propose d’aimer nos persécuteurs afin que nos cœurs soient immaculés, à l’image du Cœur de Jésus. Une grande partie de nos frères dans le monde vivent la persécution, nous voulons les soutenir en devenant des frères et des sœurs qui s’aiment. Nous les soutiendrons alors par une prière vraie, car Dieu fait de nous les enfants bien-aimés du Père. C’est dans cet amour que nous édifions le dessein d’amour de Dieu. Aux yeux de Jésus, il ne suffit pas de limiter les conséquences du mal, il faut l’empêcher de s’étendre en visant la conversion profonde du cœur, des lèvres, et de l’intention. La loi du Seigneur est une loi d’amour et par là même, elle devient une loi parfaite. C’est l’amour qui donne le calme, la bienveillance, la bénédiction. Cela revient à dire qu’il faut tout mettre en œuvre pour aimer. La contemplation elle-même est ordonnée au premier commandement qui reste à jamais celui de l’amour de charité. Jésus demeure dans l’amour pour ceux qui le crucifient pour les sauver, et avec eux pour toute l’humanité ! Jésus nous aime, et il meurt sur la croix de nous aimer, pour rendre notre cœur semblable au cœur de Dieu. Il nous prend par la main et nous entraîne à sa suite dans l’amour. Demander un cœur bon comme le cœur de Jésus est une nécessité pour demeurer dans l’amour.

Nous demandons la grâce de comprendre de quel amour nous sommes aimés.

Vos témoignages

  • pierre 10 mars 2017 11:57

    Merci de rappeler sans cesse que l’Amour de Dieu est un remède pour tous et pour chacun.

    Il nous est impossible de surmonter les carences affectives si nous restons dans la logique des hommes, où l’offense ramène tout à l’évidence du manque d’amour dans les relations humaines.

    Merci Jesus de ton Amour Passionné pour réconcilier les humains par l’immensité de ton Amour Divin.

  • Laetitia 9 mars 2017 21:17

    Jésus, que l’Amour Seul soit l’Unique But, comme Sainte Bernadette avait compris..

  • Aimer vraiment 19 février 2016 08:17

    Il faut tout mettre en œuvre pour aimer ! …
    Ce n’est pas rien : nous ne pouvons y parvenir qu’avec Lui !