Jeudi 1er décembre 2016

Vendredi de la 1re semaine de l’Avent

Jésus leur dit : « Croyez-vous que je peux faire cela ? » Ils lui répondirent : « Oui, Seigneur.

Is. 29, 17-24 Ps. 26 Mt. 9, 27-31

  • Le vendredi 2 décembre 2016 iCal
    Semaine Avent 1 : Vendredi de la 1re semaine de l’Avent

"Tandis que Jésus s’en allait, deux aveugles le suivirent, en criant : « Prends pitié de nous, fils de David ! »

Quand il fut entré dans la maison, les aveugles s’approchèrent de lui, et Jésus leur dit : « Croyez-vous que je peux faire cela ? » La Parole de Dieu, au début de cet Avent, réveille notre cœur, nous nous apercevons que notre vie est mélangée, meurtrie. Ces deux aveugles nous symbolisent avec notre fragilité, nos handicaps et notre faiblesse. Nous nous trouvons souvent dans le noir, tels ces aveugles, et nous prions Jésus afin de recevoir de l’aide. Mais le péché affaiblit notre foi. Le mal dans le monde et les tristesses de la vie obscurcissent notre capacité à croire. Dieu nous semble éloigné et notre vie est désespérée. Nous savons pourtant que Jésus passe près de nous et nous crions : « Jésus, fils de David, Aide-moi ! Aie pitié ! » Touche-moi, guéris-moi et renforce mon désir de faire ta volonté, et non la mienne. Jésus « marche » sur nos chemins, il demeure avec nous, il nous touche encore aujourd’hui si nous restons debout, sans cesse vigilants. C’est pour cela que Jésus demande « Crois-tu ? » Il nous montre par là que la compassion ne suffit pas. Il est nécessaire d’avoir la foi et de vouloir nous placer sous sa protection. Compter sur la bonté de Dieu sans faire aucun effort nous fait présumer de la miséricorde de Dieu. Dieu respecte notre liberté : c’est une réalité à la fois terrible et sublime. Jésus en appelle à notre foi. Notre conversion est d’être trouvés vivants, suppliants.

"Alors il leur toucha les yeux, en disant : « Que tout se passe pour vous selon votre foi !" Leurs yeux s’ouvrirent, et Jésus leur dit avec fermeté : « Attention ! que personne ne le sache ! » Jésus est notre lumière, il est notre salut et le rempart de notre vie, et nous crions vers lui. L’humanité de Jésus est le chemin qui nous mène au salut. C’est au passage de Jésus, par la foi en lui, que ces aveugles obtiennent ce qu’ils désirent. Jésus passe en effet, pour réaliser l’œuvre qui nous sauve. Les deux aveugles qui s’approchent de Jésus ont le cœur plein de foi, ils sont remplis d’espérance. Ils avaient entendu parler de Jésus, de sa tendresse envers les malades, et de son pouvoir de guérison. Ils désirent quelques rayons de la lumière de Dieu. Ainsi quand Jésus entend ceux qui, dans l’ardeur de leur désir, parviennent jusqu’à lui, il s’arrête sur la route. Il touche ces aveugles qui demandent la lumière et il les illumine. Cette guérison s’est transformée en émerveillement, en cri du cœur, pour exprimer la joie et la gratitude envers Dieu. Ce temps de l’Avent est, pour nous aussi, le temps opportun pour chercher Jésus d’un grand désir, comme les deux aveugles. Avec l’Église, nous proclamons dans l’Esprit Saint : « Viens, Seigneur Jésus. » Jésus vient avec son pouvoir d’ouvrir tout grand les yeux de notre cœur, pour nous permettre de le voir et de croire.

"Mais, une fois sortis, ils parlèrent de lui dans toute la région." Comment ne pas évoquer ici la foi et l’intimité de la Vierge Marie de Nazareth visitée par l’Ange à l’Annonciation ? Marie qui accueille dans le silence le projet de Dieu, consent, dans la foi : « Que tout se fasse pour moi selon ta parole. » C’est en rendant grâce à Dieu dans le secret de notre cœur que nos passions et nos compulsions s’effondrent. La partie ténébreuse qui est en nous peut-être extirpée de notre vie grâce à ce secret d’amour. Les humbles se réjouiront de plus en plus dans le Seigneur, c’est la grâce des petits et des pauvres de se réjouir profondément devant l’œuvre de Dieu. Jésus tient au silence, l’intimité de la maison permet de sonder les cœurs au plus profond. L’Avent est un temps fort de prière : temps de prière de demande et de prière de profession de foi. Les deux aveugles expriment leur foi, confessent Jésus comme Seigneur, les voilà guéris. Nous pouvons suivre Jésus, le rejoindre dans l’intimité de notre cœur. De là pourra jaillir un engagement dans la foi, une confiance renouvelée envers Dieu. Nous savons combien nos vies sont éclatées, sans cesse, nous retombons dans notre misère. Dieu attend notre demande pour réaliser son œuvre de salut, alors il nous touche et nous le contemplons, Sauveur du monde. Il y a un bel acte de foi dans cet appel insistant au silence adressé par Jésus.

Nous demandons la grâce d’être guéris de toutes nos blessures.

Vos témoignages

  • Jeanne 1er décembre 2016 20:47

    Merci Père Gilbert pour vos homélies qui apportent Joie et Espérance

  • 4 décembre 2015 08:09

    Grâce à votre homélie je suis renvoyée à mon besoin de croire, de rendre grâce à Dieu, en demandant à Marie de m’aider à devenir humble comme Elle face aux merveilles que Jésus veut faire en moi. Le chemin de suivre Jésus demande cette reconnaissance en Lui, cette foi qu’Il peut, et qu’Il veut, me guérir. Bon chemin de l’Avent , Père Gilbert. Merci pour vos homélies qui sont source d ’inspiration, qui apportent de la lumière par ces journées sombres !