Vendredi de la 31e semaine, année paire

« Les fils de ce monde-ci sont plus avisés envers leurs propres congénères que les fils de la lumière. »
Jeudi 5 novembre 2020

Ph. 3, 17-4, 1 Ps. 121 Lc. 16, 1-8

  • Le vendredi 6 novembre 2020 iCal
    semaine 31 : Vendredi de la 31e semaine, année paire

Jésus disait encore à ses disciples : « Il était un homme riche qui avait un intendant, et celui-ci lui fut dénoncé comme dilapidant ses biens.

Il le fit appeler et lui dit : « Qu’est-ce que j’entends dire de toi ? Rends compte de ta gestion, car tu ne peux plus gérer mes biens désormais. » Nous sommes invités à nous positionner sans cesse dans notre relation avec nos frères. Le gérant est en situation difficile, mais il arrive à retourner la situation en s’assurant la confiance des débiteurs de son maître. La manière dont Jésus évalue la situation est riche d’enseignement pour nous. Jésus nous invite à nous situer dans l’existence, en nous faisant des amis qui nous aideront pour l’essentiel de notre vie. Lorsque les choses changent et que l’équilibre de notre vie est modifié, nous revenons à la finalité en relativisant les moyens pour regarder vers la finalité de notre vie. Jésus connaît la fierté de celui qui gagne sa vie par le travail de ses mains. L’argent doit servir à nous faire des amis dans notre pèlerinage terrestre. Nous marchons vers le Royaume, mus par l’Esprit Saint, assurant notre quotidien, trouvant des gens pour nous recevoir si c’est nécessaire, et nous donner de quoi manger.

L’intendant se dit en lui-même : « Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gérance ? Piocher ? je n’en ai pas la force ; mendier ? j’aurais honte… Ah ! je sais ce que je vais faire, pour qu’une fois relevé de ma gérance, il y en ait qui m’accueillent chez eux. » « Et, faisant venir un à un les débiteurs de son maître, il dit au premier : « Combien dois-tu à mon maître ? » « Cent barils d’huile », lui dit-il. Il lui dit : « Prends ton billet, assieds-toi et écris vite cinquante. » Aux yeux de Jésus, l’argent d’iniquité est celui qui est gagné malhonnêtement. Il est aussi celui qui devient une puissance aveugle d’injustice et d’oppression qui réduit en esclavage celui qui le possède. Jésus insiste sur le fait que nous ne pouvons pas servir à la fois Dieu et Mâmôn, Dieu, et le gain des sécurités immédiates. Notre confiance en Dieu, et notre ardeur à le servir dans le quotidien, donnent à nos cœurs de s’établir fermement là où sont les vraies joies. Jésus souligne que notre honnêteté dans les choses de la terre permet à Dieu de nous faire confiance pour les choses du Royaume. Nous devenons peu à peu associés à Jésus dans le travail de la Rédemption. Jésus est toujours devant la confiance des « pauvres » en Israël qui crient vers leur Dieu. Il est « le Bien véritable, » celui des héritiers de Dieu, et cohéritiers du Christ.

« Et le maître loua cet intendant malhonnête d’avoir agi de façon avisée. Car les fils de ce monde ci sont plus avisés envers leurs propres congénères que les fils de la lumière. Eh bien moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. » Nous ne pouvons pas servir deux maîtres, le Dieu de la relation qui fonde nos existence, et l’argent qui n’est qu’un moyen. Il peut devenir une idole, en promettant ce qui ne peut qu’être trompeur. Jésus dit : « Là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur. » L’argent est un moyen qui nous rend service quand nous marchons vers notre finalité. Nous sommes donnés à Jésus, lui qui s’est totalement donné à nous. La surabondance miséricordieuse de l’amour de Dieu est à notre disposition pour le monde ! Nous voulons mettre à profit le trésor de la Croix de Jésus, le Christ. Les saints ont choisis cette meilleure part, ils ont luttés pour plus de justice et de paix dans le monde. L’Eucharistie que nous célébrons est notre trésor, la vie même de Jésus qui nous est donnée. Ce corps et ce sang de Jésus que nous recevons quotidiennement transforme notre vie. Et nous attendons le Seigneur Jésus Christ, lui qui transformera nos pauvres corps à l’image de son corps glorieux.

Nous demandons à Dieu la grâce de son amour infini pour traverser les obstacles de notre vie.

Vos témoignages

  • pierre 6 novembre 2020 10:31

    Magnifique demande dans l’Esprit Saint !

    Jésus nous invite sans cesse au « lâcher prise » en passant du bonheur temporel entre quelques uns, à la Joie de l’Abondance de l’Amour Divin pour tous.

    L’argent et sa gestion conduisent inéluctablement à la possession matérielle, puisque en sa fonction et son usage il permet de pondérer les échanges entre humains, pour un bien (satisfaction) matériel sous une autre forme, ce que chacun recherche, et trouve souvent au détriment d’un autre (le goût de la vie étouffé par la jalousie par exemple).

    Jésus nous invite sans cesse à revenir à la Vie Divine, dont il est l’intendant pour nous qui ne disposons pas de sa plénitude bienveillante dans l’Esprit Saint.

    Nous vivons une vie qui se débat dans la difficulté de la gestion des biens matériels : trop ici, pas assez la bas, trop pour eux, pas assez pour moi, oubliant ainsi comment ces biens sont devenus notre propriété pour un temps, avant de passer à d’autres mains inexorablement, tôt ou tard.

    En reconnaissant qu’ils ont été reçu « de la bonté et de la générosité Divine » nous rendons gloire à Dieu au lieu de rester centré sur notre Humanité, usurpant ainsi l’originalité du Créateur et détournant la création et les biens créés par l’humanité vers une finalité limitée… et mortifère (y’en aurai pas pour tout le monde ?)

    Jésus nous invite au bon sens de l’accueil participatif et festif dans un monde en régression (matérialiste et scientiste) qui se revendique possessif et exclusif.

    En réduisant ensemble la dette commune envers la Bonté et la Miséricorde Divine, nous nous rétablissons ensemble dans la familiarité avec le Bon Berger qui prend soin de chacune de ses brebis, selon le chemin où elle s’est égarée, pour lui redonner le goût de la vraie vie : la Sienne (prenez et mangez, mes Paroles sont Esprit et Vie)

  • 3 novembre 2016 23:03

    Merci Père Gilbert. ’Ta parole est une Lumière sur mes pas’. Bénédictions, Paix, en Jésus Misericordieux