Samedi 14 janvier 2017 — Dernier ajout jeudi 23 mars 2017

Vendredi de la 3e semaine de Carême

« Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. »

Os. 14, 2-10 Ps. 80 Mc. 12, 28b-34

  • Le vendredi 24 mars 2017 iCal
    Troisième semaine de Carême : Vendredi de la 3e semaine de Carême

 Quel est le premier de tous les commandements ? » Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. »

L’amour de Dieu et l’amour des frères est lié dans la réalité même de notre vie qui est une. Ces deux amours sont si liés qu’ils ne font qu’un et valent plus que tout le reste. Ces deux commandements sont semblables, parce que l’amour pour Dieu et l’amour pour le prochain doit mobiliser toute notre personne et toutes nos forces. On ne peut pas vraiment s’approcher de Dieu, sans commencer par aimer tout ce que Dieu aime. Plus on est près de Dieu, plus on se rend proche des enfants de Dieu. En ce temps du carême, nous ajustons notre marche vers Pâques à la Parole de Dieu. Dieu développe en chacun de ses enfants un cœur profond, aimant de plus en plus la communauté humaine, pour qu’en elle fleurisse le désir de Dieu. Jésus nous invite à observer les commandements de Dieu, il vient bâtir le royaume de Dieu. Le scribe écoute la réponse de Jésus, il reconnaît que le second commandement, toujours inséparable du premier, est pourtant toujours distinct. Car l’amour pour autrui ne peut pas remplacer l’amour pour Dieu, pas plus que le prochain ne peut remplacer Dieu.

"Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. Jésus confirme que le premier commandement est agrémenté par le second pour ne plus faire qu’un seul commandement : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. » L’amour de Dieu et l’amour des frères se réalise dans le même amour. Non seulement il part de la même source, mais c’est le même amour qui s’exprime de façon différente. « La charité, c’est tout sur la terre, disait Thérèse de Lisieux, et l’on est sainte dans la mesure où on la pratique. » L’Evangéliste Marc donne à cet entretien un aspect très positif : Quel est donc le premier commandement ? Cette parole est très actuelle que ce soit au niveau mondial, dans l’Église, dans la communauté ou la famille. Jésus opère une très grande révolution, le commandement de l’amour est un, voilà la grande nouveauté.

« Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as dit vrai : Dieu est l’Unique et il n’y en a pas d’autre que lui. L’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. » Jésus, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit : « Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. » Et personne n’osait plus l’interroger. Nous savons que la tentation est forte de cloisonner les amours de notre vie ; le spirituel d’un côté, et de l’autre le temporel ! D’un côté l’acte de foi, et de l’autre l’engagement social ; D’un côté l’Eglise, de l’autre le politique ; D’un côté la contemplation, de l’autre l’action. Ces fausses oppositions sont nocives. Ce sont des murs que nous édifions entre les amours divins et humains que Jésus nous invite à briser. La demande de simplification est saisissante, elle nécessite l’articulation de deux amours indissociables. La conversion que Jésus nous demande revient à ne pas séparer l’amour de Dieu de l’amour du prochain. Nous cherchons la vérité, nous voulons donner un sens à notre vie, réaliser une vie joyeuse, donnée, efficace pour le Royaume de Dieu. En aimant notre frère et en aimant Dieu, nous glorifions le Dieu d’amour qui en est la Source et dans lequel nous voulons nous retrouver sans cesse. Jésus prend toute notre vie dans son cœur et nous ouvre un chemin royal, le chemin de l’Amour.

Nous demandons la grâce de l’Esprit Saint pour que nous puissions nous aimer comme Jésus lui-même nous a aimés.

Vos témoignages

  • Sagesse Divine 24 mars 2017 06:44, par Claire

    Merci pour cette homélie, Père Gilbert. J’y puise des richesses pour mon cœur profond, une Sagesse qui balise mon chemin vers Jésus et mon prochain.

  • pierre 24 mars 2017 05:14

    Merci de nous rappeler que l’amour éternel et mutuel que chacun désire ne peut venir que de l’Esprit Saint.

    C’est de Jésus que nous pouvons puiser sans fin l’eau vive au lieu de nous épuiser mutuellement dans l’incapacité de notre nature blessée par les épreuves de la vie.

    L’arrogance des idéologues et politologues de tout poil qui réinventent le monde ne peut plus nous tromper : Nous ne dirons plus à l’ouvrage de nos mains : “Tu es notre Dieu” (Os 14, 2-10) Oui, les chemins du Seigneur sont droits : les justes y avancent,
mais les pécheurs y trébuchent.

    Aimer Dieu de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices.

    Merci pour ce cheminement dans la Foi qui nous rapproche du règne de Jésus Ressuscité sur nos vies. Sans fin Seigneur nos cœurs te chanteront ( Raoul MUTIN)…

  • Sophie 4 mars 2016 09:53

    Merci Père Gilbert pour ce message d’espérance et de foi en Jésus, qui nous aime tant. Vous citez Sainte Thérèse de Lisieux, qui, me semble-t-il, faisait beaucoup d’actes de foi alors qu’elle avait vécu de tentations. Comme il est bon de savoir qu’au Ciel nous avons des amis qui sont prêts à intercéder pour nous. Ils avaient pleinement vécu leur humanité. Merci Père Gilbert, pour vos paroles qui augmentent ma foi en Jésus Amour.

  • casajus_gil patricia 4 mars 2016 08:49

    bonjour !

    depuis quelques semaines je ne prie plus et je ne me rends pas à l’église les dimanches… je me sens totalement detacher de la bonne parole . que pourriez-vous me dire la-dessus ? merci patricia

    • Vendredi de la 3e semaine de Carême 4 mars 2016 09:37, par Père Gilbert Adam

      Merci ma chère Patricia, Nous pourrions entrer dans un petit dialogue chaque jour avec la Parole ! Qu’en pensez-vous ? Surtout pas de crainte puisque vous m’écrivez ! C’est que « ça » vit ! Oui : Nous cherchons la vérité, nous voulons donner un sens à notre vie, réaliser une vie joyeuse, donnée, efficace pour le Royaume de Dieu. En aimant notre frère et en aimant Dieu, nous glorifions le Dieu d’amour qui en est la Source et dans lequel nous voulons nous trouver sans cesse. Jésus désormais prend toute notre vie dans son cœur et nous ouvre un chemin royal, le chemin de l’Amour. Comme cela par exemple, Je vous embrasse