Vendredi 10 octobre 2014

Vendredi de la 27e semaine, année paire

« Jésus leur dit : Tout royaume divisé contre lui–même va à sa ruine ; les maisons y tombent les unes sur les autres. »

Ga. 3, 6-14 Ps. 110 Lc. 11, 15-26

  • Le vendredi 10 octobre 2014 iCal
    Semaine 27 : Vendredi de la 27e semaine, année paire

"Mais quelques–uns dirent : C’est par Béelzéboul, le prince des démons, qu’il chasse les démons ! Et d’autres, pour le mettre à l’épreuve, lui demandaient un signe venant du ciel."

« Comme Jésus avait expulsé un démon, certains se mirent à dire ! » De l’action de Jésus naît la controverse, nous connaissons bien cela dans notre vie, la rencontre des personnes n’est jamais simple. Jésus pose des actes à partir desquels nous allons nous interroger sur lui, sur son action, sur la situation et les traditions vécues par les gens ! Il nous est bon d’entendre ce que Jésus dit mais aussi la manière dont il parle à ses détracteurs, comment il reçoit leur parole, comment il leur répond. Il reçoit leurs propositions, il en montrer les contradictions, il situe leurs propos dans cadre plus large et il propose alors sa propre interprétation. C’est ainsi que Jésus est au carrefour des contestations et des murmures, il a expulsé un démon qui paralysait et rendait muet un homme alors « Ils se mirent à dire : C’est par Béelzéboul, le chef des démons qu’il expulse les démons. » Jésus est « le » signe du Dieu vivant qui est au milieu de nous et qui vient nous sauver devant leurs yeux, mais ils ne le reconnaissent pas ! Jésus leur dit encore : « Si c’est par le doigt de Dieu que j’expulse les démons, c’est donc que le règne de Dieu est venu jusqu’à vous. » Le règne de Dieu est un règne de paix, de justice, et d’amour, c’est seulement là ou sont reçus paix, justice, et amour que Jésus peut établir dans le monde une civilisation d’amour et de Paix. Jésus manifeste ainsi à ses disciples combien le combat de sa passion d’amour, pour la régénération du monde, va être rude et terrible.

« Quand l’esprit mauvais est sorti d’un homme, il parcourt les terres desséchées en cherchant un lieu de repos. Comme il n’en trouve pas, il se dit : « Je vais retourner dans ma maison ». Progressivement, des réponses de Jésus émerge un discours positif. Il donne son interprétation, il dit quelque chose de lui, de son action, de sa mission, du sens de tout ces évènements pour que nous puissions le comprendre, adhérer à son annonce, le suivre et nous ouvrir à lui. Jésus met en avant l’image de l’homme plus fort qui vainc la violence et la haine. Nous avons besoin de cette image : une force qui nous porte, une force à laquelle nous pouvons nous abandonner, qui nous donne de pouvoir lâcher prise, parce qu’elle est vraiment forte, douce, qu’elle s’adapte à nous, que nous pouvons nous laisser conduire par elle. Nous avons parfois l’expérience de « rejeter le mal, le menteur par la porte ! » mais en vain. Notre attention doit être en effet bien grande car c’est très subtil et le cœur à cœur dans l’amour avec Jésus est indispensable pour garder la vigilance nécessaire. « Ne pas laisser prise au menteur, » dit Jésus. Bâtir la communauté de l’Église dans la Paix nous demande une grande vigilance. Nous demandons la grâce du discernement pour agir selon le doigt de Dieu grâce à l’Esprit Saint qui nous est donné. Être familier de l’Esprit Saint, c’est demander à Dieu que notre conscience nous alerte quand le menteur fait en nous une œuvre de destruction. Jésus est là, pour nous, il nous donne le défenseur face auquel le menteur ne trouve aucune prise, sinon nous serions dans l’insécurité. Ne pas donner prise au menteur, c’est permettre à Dieu de continuer chez nous son œuvre d’Amour.

"Alors il s’en va chercher sept autres esprits plus mauvais que lui ; ils entrent là et s’installent, et la condition dernière de cet homme–là est pire que la première." « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi ; celui qui ne rassemble pas avec moi disperse, » Jésus nous donne ce principe de discernement : être ou ne pas être avec lui. La réalité prend alors une consistance différente, la vie se rassemble et se construit, elle se développe. « Si un plus fort intervient, il lui enlève son équipement de combat. » Jésus est « le plus fort » annoncé par Jean-Baptiste ! L’équipement de combat du menteur, « le maître du soupçon », nous le devenons si nous laissons prise a ce menteur qui nous dresse les uns contre les autres. La division n’aide pas la vie, elle la bloque, l’empêche de devenir, de croître, et de se développer. La question de « l’esprit » qui nous anime doit toujours être posée. Quand nous nous laissons prendre au jeu du menteur, nous opérons la destruction de la communauté. Jésus dit : « Tout Royaume divisé devient un désert, ses maisons s’écroulent les unes sur les autres. » « C’est seulement au Saint Esprit qu’il appartient de purifier l’esprit, car à moins qu’un plus fort n’entre pour dépouiller le voleur, le butin ne sera pas du tout repris. Il faut donc par tous les moyens, et spécialement par la paix de l’âme, offrir un gîte au Saint Esprit, afin d’avoir la lampe de la connaissance toujours brillante en nous. Car si elle rayonne sans cesse dans les replis de l’âme, non seulement toutes les insinuations dures et sombres des démons deviennent évidentes, mais encore elles s’affaiblissent considérablement, déjouées par cette sainte et glorieuse lumière. C’est pourquoi l’apôtre Paul dit : « N’éteignez pas l’Esprit » (1Th 5,19). » dit Diadoque de Photicé. C’est dans l’unité du cœur de Jésus et de Marie que se trouve notre unité. Nous supplions le Seigneur Jésus d’être des artisans de paix et d’unité pour établir le Royaume de Dieu.

Nous demandons à Dieu la grâce d’être disponibles afin de réaliser son œuvre.