Mercredi 30 mai 2018

Visitation de la Vierge Marie

Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

So. 3, 14-18a Is. 12 Lc. 1, 39-56

  • Le jeudi 31 mai 2018 iCal
    Fêtes de Notre-Dame. 2 : Visitation de la Vierge Marie

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.

Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. L’extraordinaire de Dieu se dévoile dans l’expérience ordinaire de la maternité de ces deux femmes. Lors de l’Annonciation, Marie a dit ’’oui’’ à une maternité inouïe : mettre au monde le Fils de Dieu lui-même. Cet évenement la met dans un silence provoqué par l’Esprit Saint. Elle part ’’en hâte’’ vers Elisabeth. La vie va naître et grandir chez la jeune fille vierge comme chez la vieille femme stérile qui ont cru à ce qui leur a été dit. Marie prononce ses premiers mots de salutation, et en réponse, l’enfant d’Elisabeth se met à ’’bondir.’’ Marie par son silence et sa présence est Parole vivante de Dieu. Elisabeth en est saisie : « Comment m’est–il accordé que la mère de mon Seigneur vienne me voir ? Car dès que ta salutation a retenti à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse dans mon ventre. Heureuse celle qui a cru, car ce qui lui a été dit de la part du Seigneur s’accomplira ! » Le prophète qu’elle porte, Jean Baptiste, tressaille d’allégresse en la présence du Sauveur. En contemplant la Vierge Marie, nous rendons grâce à Dieu pour notre vocation chrétienne qui est de donner la Présence de Dieu par notre vie !

"Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Marie est confirmée dans son silence, c’est Dieu lui-même qui dit la Bonne nouvelle. Le cantique de Marie est l’aboutissement de l’échange des paroles suscitées par l’Esprit Saint. Il éclaire la signification de ces événements. Marie l’Immaculée se présente comme la servante du Seigneur. C’est Dieu lui-même qui relève les humbles. Marie évoque les trois titres divins de Jésus : Seigneur, Dieu mon Sauveur, Puissant, avant de conclure sur la sainteté de son Nom. Marie est une femme de foi qui perçoit les merveilles de Dieu au milieu des difficultés. Elle nous montre, dans l’épreuve de la solitude, comment élever le regard au-dessus des nuages et contempler le soleil qui continue de briller. La joie de la femme, c’est son Seigneur, elle a, en son Seigneur, toute sa joie. Le visage de Marie donne « corps » à l’Église, à la mission de la femme. Toute femme qui regarde vers Marie trouve le modèle nécessaire à la réalisation de sa vocation. L’Eglise reprendra dans sa prière la parole d’Élisabeth.

"Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. C’est l’humilité qui caractérise la vérité et la grandeur de l’humanité. Jésus nous a donné Marie qui crie sa reconnaissance des choses cachées. En reponse à Élisabeth, elle chante la bénédiction qui se prolonge en béatitude, en action de grâce. Ils sont grands aux yeux de Dieu. Il accueille dans sa bonté et dans sa ’’miséricorde’’ Israël le ’’serviteur,’’ tout comme Marie sa ’’servante." L’histoire du peuple de Dieu, dans ce qu’il a de meilleur, est son écoute, sa foi, sa marche confiante vers Dieu. Marie récapitule les drames et les joies de toutes les femmes qui ont bénéficié de la miséricorde divine. Elle est encore pour nous un exemple, un guide, une mère. Jésus, le Sauveur, nous est donné dans les Sacrements qui actualisent aujourd’hui le salut du monde. Il choisira les Apôtres pour célébrer le mystère du salut de l’humanité. Nous nous réjouissons dans cette fête de la Visitation de Marie à sa cousine Elisabeth et nous voulons chanter avec elle : « Toutes les générations te diront bienheureuse. »

Nous demandons la grâce de contempler Marie dans son mystère.

44 Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. 45 Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. » 46 49 Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! 50 Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. 51 Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. 52 Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. 53 Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. 54 Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, 55 de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. » 56 Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.

Vos témoignages

  • Denise Brouillette 31 mai 2018 14:03

    Une page d’évangile joyeuse, festive, enthousiasmante. Une Bonne Nouvelle pleine de vitalité aux accents propre à la jeunesse. C’est une de mes pages préférées.

    Marie partit avec décision ,à grand hâte, féliciter sa cousine, partager avec elle la joie d’avoir reçu le don de la maternité. Élisabeth reconnaît la maternité de Marie : « Tu es bénie entre toutes les femmes et ton enfant est béni ». La joie éclate ! Marie de se savoir choisie porteuse de son Seigneur et Sauveur. Désormais tous les âges l’acclament ! Élisabeth comblée de la visite de la mère de son Sauveur participe à la joie de a cousine.

    Tout un témoignage de foi et d’espérance que ce tableau de la rencontre : accueil. sollicitude, service, humilité, reconnaissance, silence respectueux de la divine Présence. Je te salue Marie, enseigne-nous l’accueil de ton Fils. Amen !

  • Bernice 30 mai 2018 14:18

    Que l’exemple de Marie notre mère nous inspire pour écouter les inspirations divines pour suivre les appels de nos sœurs et frères.

  • Marie 3 février 2018 16:18

    C’est une fête très belle. La Vierge Marie - le Nouveau Testament, vient dans la joie rencontrer Elisabeth, sa cousine d’âge mûr - l’Ancien Testament. Le dernier Prophète Saint Jean-Baptiste - le Précurseur, tressaille dans le sein de sa mère en voyant Jésus Sauveur, l’Emmanuel dans le sein de la Vierge Marie. Zacharie est muet, c’est une manière discrète qui fait comprendre que désormais l’Ancien Testament laissera, en devenant muet, bientôt la place au Nouveau Testament. Au moment où Elisabeth donnera le nom de Jean à son fils, Zacharie retrouvera la parole et, rempli de l’Esprit-Saint, fera éclater sa joie dans la prophétie qu’il dira. Quel magnifique passage d’Évangile, à méditer longuement !

  • Matthieu 30 mai 2017 22:25

    Bonne fête de la Visitation, Père Gilbert. Jésus nous ’rend visite’ grâce à votre site et à la Parole de Dieu.

  • Denise Brouillette 31 mai 2016 12:34

    Marie la toute première disciple-missionnaire. Une expression populaire dit :’ donner au suivant’. Marie a reçu et accepté le don vivant de l’enfant Dieu en son sein. Comblée de cette grâce et dans un élan de générosité elle présente à l’humanité dans le personnage de sa cousine Élizabeth, le don ineffable du fils de Dieu . Avec vous, père Gilbert, je salue Marie. Amen.

  • Marie-Françoise 31 mai 2016 08:13

    Merci Père Gilbert pour cette homélie sur la Visitation de la Vierge Marie à sa cousine Elizabeth, la ’visitation’ de Jésus à son cousin Jean-Baptiste. C’est tellement beau ce mystère, merci de nous le dévoiler l’Intention de Dieu Amour pour les relations fraternelles,toutes sanctifiées lorsqu’elles sont vécues en Marie , en son Fils Divin.