Mercredi 21 septembre 2016

Jeudi de la 25e semaine, année paire

Quant à Hérode, il disait… qui est cet homme dont j’entends dire de telles choses ? » Et il cherchait à le voir.

Qo. 1, 2-11
Ps. 89
Lc. 9, 7-9

  • Le jeudi 22 septembre 2016 iCal
    semaine 25 : Jeudi de la 25e semaine, année paire

Hérode, qui était au pouvoir en Galilée, entendit parler de tout ce qui se passait et il ne savait que penser. En effet, certains disaient que Jean le Baptiste était ressuscité d’entre les morts.

Beaucoup parlaient de Jésus. Sa façon de se comporter rappelait au peuple les prophètes : Elie, Jean le Baptiste. A cause des miracles qu’il accomplissait, Jésus était reconnu comme prophète. Beaucoup se mettaient à le suivre. Hérode lui-même voulait le rencontrer, inspiré par la curiosité. Contre son gré, il avait fait décapiter Jean-Baptiste. Il était pris au jeu de son orgueil, et il ne voulait pas ternir son image et son pouvoir. Il y a chez Jésus quelque chose qu’Hérode ne comprenait pas, il voudrait le dominer. Nous pouvons, nous aussi, vivre une course effrénée pour la gloire humaine ou le pouvoir, et nous servir de Dieu pour cela ! Il nous faut toujours nous demander les raisons pour lesquelles nous cherchons Jésus. Nous pouvons rencontrer Dieu dans une attitude d’adoration, au cœur du monde, l’invisible est là, caché. Les disciples ont vu Jésus lui-même, présent dans la chair, ils ont entendu de sa bouche les paroles qu’ils nous ont annoncées. Et nous avons entendu, même si nous n’avons pas vu.

D’autres disaient : « C’est le prophète Élie qui est apparu. » D’autres encore : « C’est un prophète d’autrefois qui est ressuscité. » En nous se cache le désir de voir Jésus. Ce désir de voir Dieu est inscrit au cœur de chaque homme. Tous les saints ont considéré comme peu de chose tout ce qu’ils obtenaient tant qu’ils ne voyaient pas Dieu. Moïse dit : « Si j’ai trouvé grâce devant toi, montre-moi ton visage. » Il y a en l’homme, malgré sa détresse, un fond qui cherche inconsciemment à étancher sa soif de vivre. Car « l’homme » sur terre, a été fait semblable à Dieu : « Faisons, dit-il, l’homme à notre image et à notre ressemblance. » Dieu sait les hommes tourmentés du désir de le voir. Il a choisi Jésus pour se montrer sur la terre, lui qui était dans le ciel, il est venu chez les hommes par un homme. Nous avons la même foi que les apôtres. Nous voulons être attentifs car nous pouvons annoncer ce que nous avons vu et entendu par eux. L’Esprit Saint en personne vient pour nous instruire, personne ne sait d’où il vient et ou il va. L’essentiel pour nous, est de toujours nous trouver dans la mouvance de cet Esprit Saint et de faire que ce qui vient de lui.

« Quant à Hérode, il disait : « Jean, je l’ai fait décapiter. Mais qui est cet homme dont j’entends dire de telles choses ? » Et il cherchait à le voir. Nous devons nous décider à chercher et Dieu pour qu’il transforme notre regard sur nous-mêmes et sur la vie. C’est une consolation de faire connaissance avec des Chrétiens sensibles aux motions de l’Esprit Saint pour revenir concrètement aux sources de l’Evangile. Dieu est avec nous et nous ne le connaissons pas. Jésus est présent dans tant et tant de nos frères qui se trouvent marginalisés, qui souffrent et qui n’ont personne qui veille sur eux. L’amour du prochain est ancré dans l’amour de Dieu. C’est une tâche pour chacun de nous de leur venir en aide. Notre vie spirituelle nous est cachée à nous-mêmes. Dieu fait son œuvre en nous dans le secret. Jésus a pris chair parmi nous pour être vu de nous. Le Jeudi Saint est un jour par excellence pour voir Jésus, dans l’Eucharistie, il nous attend toujours : Il n’est pas là pour Lui mais pour nous. Nous sommes heureux d’être témoins de ce que d’autres ont vu et entendu car nous sommes en communion avec eux.

Nous demandons à Dieu la grâce d’un amour surabondant pour lui et pour nos frères.

Vos témoignages

  • Stanislas 21 septembre 2016 21:28

    Oui, viens à notre aide, Esprit Saint, pour que nous nous penchions vers nos frères pauvres, qu ’en ce jour nous nous approchions de Jésus grâce à Eux et vivions de la fraternité universelle.