Saint Pierre et Saint Paul. Messe de la veille

« Suis-moi. »
Mardi 22 juin 2021

Ac. 3, 1-10 Ps. 18 Ga. 1, 11-20 Jn. 21, 15-19

  • Le mercredi 23 juin 2021 iCal
    Fête des saints. Juin : Saint Pierre et Saint Paul. Messe de la veille

"Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? »

Paul, l’Apôtre des nations est avec Pierre une manifestation de la surabondance de l’Amour de Jésus. Paul n’a pas vu Jésus comme Pierre dans la première étape de sa vie, mais dans sa gloire. Jésus, devant les apôtres, reprend l’essentiel de sa relation avec Pierre. Dans sa Passion, Jésus avait dit à Pierre : « Remets ton épée dans le fourreau, celui qui mène la guerre périra par la guerre. » Peu de temps après Pierre reniera Jésus quand celui-ci sera au paroxysme de sa souffrance. « Je ne connais pas cet homme » ! Pourtant Pierre aimait Jésus, il est revenu et il a tellement pleuré que les larmes ont creusé ses joues. Jean, son ami, l’a entendu dire : « Je ne connais pas cet homme ! » Quand Jésus avait annoncé son chemin de souffrance à Pierre celui-ci lui avait dit : Cela ne va pas t’arriver : L’Église de Dieu est sainte mais composée de pécheurs qui se sanctifient. Ceux qui ont mission d’Apôtres et qui continuent l’œuvre de Jésus sont des pécheurs. Ainsi, il est bien manifeste que c’est Jésus qui sanctifie son Église. Pierre a connu la difficulté de franchir les frontières d’Israël et d’ouvrir les portes de l’Eglise à ceux qui n’étaient pas de la descendance d’Abraham. Paul fut missionnaire toujours aux frontières de l’Eglise et du monde.

"Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. » Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. » Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. L’amour de Dieu s’incarne. Cet amour, en s’incarnant, devient une représentation de la puissance infinie de Dieu dans la faiblesse humaine. C’est à Pierre faible et pauvre que Jésus a confié son Église. Pierre, recevra l’Esprit Saint, il aura besoin de Marie et de Jean pour demeurer debout. En marche vers la sainteté, nous sommes entraînés dans la sainteté de Dieu. Pierre et Paul, Martyrs jusqu’au sang dans l’amour unique et gratuit de Dieu, nous sont donnés comme témoins. C’est le mystère d’une espérance étonnante !

"Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. » Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Sur ces mots, il lui dit : « Suis-moi. » Dieu, Saint entre tous, fait passer son amour infini par les membres de son Corps. L’Église, sainte et virginale en Marie, reçoit l’Amour de Dieu qu’elle redonne après s’être laissée transformer par cet Amour nouveau. Le mystère de l’Amour ne peut être reçu que par l’amour. L’Église est maternelle, épouse unie à son Bien-aimé, mais composée de pécheurs. Nous rendons grâce à Dieu pour l’Église. Par la merveilleuse école d’amour de la liturgie, un trésor nous est offert chaque jour. Le Peuple de Dieu se meut dans un monde en crise. Avec le Saint Esprit, elle peut vaincre les puissances de ténèbres par le Christ, le Fils du Dieu vivant. Pour tout chrétien, vivre, c’est le Christ qui vit en lui. « J’achève en ma chair ce qui manque aux souffrances du Christ pour son corps qui est l’Église, » dit Paul. Notre cœur s’est embrasé d’Amour pour Jésus et pour son Eglise. Aimer Jésus, c’est aimer son Eglise au point de tout donner pour elle.

Nous demandons la grâce d’être établis dans l’Amour infini de Dieu.

Vos témoignages

  • pierre 23 juin 2021 05:54

    Après qu’il eurent mangés….

    Jesus Fils de Dieu, connaît le cœur de chacun pour discerner ce qui le nourrit vraiment.

    La confiance en Jesus nourrit notre charité pour les autres.

    Jesus ouvre la voie selon Sa Parole, c’est Lui le bon berger qui donne sa vie pour tous.

    Paul avant sa conversion était comme un loup dévorant les premiers chrétiens. Son rigorisme aveugle et sans pitié condamnait « au Nom de la Loi du Pharisaïsme » à l’opposé de l’Esprit Saint d’une Loi d’Amour pour tous.

    Pierre avant la Passion était affamé d’Amour qui ne l’abandonne pas dans ses peurs de perdre la vie. Ses élans affectifs pétris de sensibilité humaine, ne suffisait pas pour affronter l’inconstance des affections sociales, au risque de sombrer dans le dénit de la Vérité.

    Le cheminement de chacun à la suite de Jesus prend du temps, toute une vie et demande toute la vie, il nous faut garder une constante attention à nos choix de vie, afin de ne pas s’endurcir le cœur en reniant l’essentiel de notre sensibilité : la bienveillance qui accroît notre dignité d’humain.

    Jesus ne nous demande pas l’impossible, il ne nous demande pas de monter au combat en première ligne à sa place.

    Au contraire, c’est Lui qui prend « notre place » quand elle est méprisée, souffrante, perdue, …pour la ramener à la place d’honneur : enfant de Dieu.

    C’est l’Esprit Saint qui nous permet d’être ce que nous sommes : appelé à une vie de qualité supérieure, non pas par nos propres forces, mais par le service de Celui qui nous le demande, Par Amour de notre condition de serviteur, pour nous donner le meilleur : Son amitié sans faille, Sa vie inspirante et Son Esprit agissant toujours pour la vie de tous.

    "Demeurez en moi, comme moi en vous, dit le Seigneur ; celui qui demeure en moi porte beaucoup de fruit."

  • Denise Brouillette 28 juin 2017 14:18

    Bon matin père Gilbert, ’’ L’Église de Dieu est sainte mais composée de pécheurs qui se sanctifient’’. Je peux faire mienne maintenant vos paroles père Gilbert. Il fut un temps, un long temps où je reniais l’Église , l’Église institution tout en me considérant chrétienne et catholique. Je ’pratiquais’ pour moi-même tout en rejetant le faste, l’égoïsme,le faux témoignage de l’institution sacrée.Lors d’une retraite , le bon prédicateur nous fait réfléchir sur nos forces et nos faiblesses. Trois jours, le temps d’une résurrection ! Le tombeau s’ouvre et me laisse voir que je portais en moi le mal dont j’affublais et critiquais l’Église. J’ai pleuré, pleuré sur moi-même (mes joues ne se sont pas creusées).Je sais aujourd’hui que le temps passé à ’’pratiquer’’ fut un temps béni, voulu par l’Esprit Saint qui seul sonde le cœur et les reins Je suis reconnaissante aujourd’hui envers cette Mère,ma communauté. J’ai compris que l’on ne peut être chrétien seul. Je suis une pécheresse qui se sanctifie par la grâce de Dieu, par la Présence sanctifiante de Son amour au sein de l’Église .

  • pierre 28 juin 2017 14:02

    L’Amour Infini de Dieu nous dépasse à juste titre : l’expérience de nos limites humaines laisse en nous une attente que Seul Jésus peut combler. Le Sauveur de l’Humanité est venu recréer le lien de confiance entre l’homme et Dieu. La charge d’amener la communauté des disciples vers cette confiance est reçue du bon pasteur, après l’épreuve de la Passion qui a balayée les fausses idoles de l’ami de Jésus.

    C’est l’amour Divin de Jésus-Christ authentifié par la résurrection qui est vainqueur de nos peurs quand il s’agit de dépasser nos blessures par le pardon, de dépasser nos attachements au passé douloureux par l’espérance en l’avenir joyeux, de dépasser nos doutes par la Foi dans L’Esprit Saint, de dépasser l’esprit du monde païen par l’Esprit de Vérité, don du Verbe de Dieu en Jésus, et pour toujours proche de ses amis.

  • Brigitte 27 juin 2017 23:03

    Dans le Cœur de l’Eglise, ma mère, je serai l’Amour, nous dit St. Thérèse de l’Enfant Jésus. Que les saints du Ciel nous aident à aimer de plus en plus notre Eglise, Epouse et Mère.

Revenir en haut