Dans la même rubrique…

Saint Thomas d’Aquin

« Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? »
Mardi 1er novembre 2022 — Dernier ajout jeudi 27 janvier 2022

1S. 11, 1…17 Ps. 50 Mc. 4, 35-41

  • Le samedi 28 janvier 2023 iCal
    Fêtes des saints. Janvier : Saint Thomas d’Aquin

"Ce jour-là, le soir venu, il dit à ses disciples : « Passons sur l’autre rive. »"

Quittant la foule, ils emmenèrent Jésus, comme il était, dans la barque, et d’autres barques l’accompagnaient. Aujourd’hui, nous fêtons Saint Thomas d’Aquin, le docteur angélique. Avec une finesse psychologique rare, saint Thomas décrit le processus des actions que nous mettons en œuvre pour arriver à poser des actes qui soient humains, et qui respectent l’œuvre de Dieu. Nous demandons à Dieu cette intelligence pour guider notre vie, afin que tout ce que nous entreprenons serve la Gloire de Dieu, et répande son amour pour nos frères. Si nous demeurons dans l’amour, nos actes seront humains. Jésus est fatigué et il est sans peur. Face aux difficultés, il est l’Homme de Dieu, toujours ouvert à sa Présence. C’est avec un grand courage qu’il affronte les douleurs de l’humanité. Les disciples le regardent comme un Maître qui fait de nombreux miracles. Les gestes de Jésus sont surprenants, il vont conduire les apôtres à poser sur lui un véritable acte de foi. Ils vont passer d’une lecture extérieure de ses actes à une compréhension intérieure du Sauveur. Jésus a foi dans la nature humaine à laquelle il redonne une grande confiance. Par tout ce qu’il fait, il nous donne de le découvrir. Il marche à nos côtés et il nous faut passer d’un regard humain sur Jésus à un acte de foi au mystère de « celui qui vient nous sauver. »

Survient une violente tempête. Les vagues se jetaient sur la barque, si bien que déjà elle se remplissait. Lui dormait sur le coussin à l’arrière. Les disciples le réveillent et lui disent : « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? » Jésus est en prière, en état d’amour. Il demeure sous le souffle de l’Esprit Saint. Il va leur donner du courage en leur donnant confiance au-delà des évidences qu’ils expérimentent. Jésus va maintenant conforter la foi de ses disciples. Il leur avait dit : « Passons sur l’autre rive. » Jésus leur a demandé de prendre le risque de la traversée. Les disciples sont maintenant dans la peur et l’interrogation. Ils essayent de comprendre. Jésus dort ! « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? » Les compagnons de Jésus n’ont pas encore fait l’expérience d’être sauvés par lui de la violente tempête. Nous sommes aussi les compagnons de Jésus. Nous voulons prendre son chemin de douceur malgré notre faiblesse. Il faut que notre vie renaisse, toute nouvelle, en lui. C’est par l’humilité, par la douceur, par la délicatesse que nous allons avancer dans l’œuvre de Dieu. Elle grandira au-delà même de ce que nous pouvons espérer et penser. Notre souci est de ne pas défaire ce que Dieu fait en nous. Il nous faut le courage du saut dans la foi pour avancer dans un chemin spirituel.

Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer : « Silence, tais-toi ! » Le vent tomba, et il se fit un grand calme. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? » Saisis d’une grande crainte, ils se disaient entre eux : « Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? » Jésus commande aux éléments, au vent et à la mer. Jésus sait le chemin qu’il parcourt. Il donne à ses apôtres de le comprendre. Les disciples s’interrogent : « Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? Ce Jésus faible, fatigué et dormant sur le coussin est aussi le Jésus fort qui calme la tempête ! Ils découvrent, dans la personne de Jésus, ces deux aspects de force et de faiblesse. Notre foi dans la personne de Jésus nous conduira à tenir ensemble les deux aspects de la force et de la faiblesse en nous. La foi qui nous fait comprendre les évènements de l’intérieur. Cette foi naîtra de la résurrection. Elle va illuminer le corps de Jésus et sa vie de Ressuscité nous permettra de comprendre la vérité et la justesse des actes qu’il a posés. Il en est ainsi du règne de Dieu, nos actes, nos pensées, et nos paroles nous conduisent au cœur de Dieu. C’est l’amour qui nous permet de comprendre véritablement l’être humain que nous sommes.

Nous demandons la grâce de laisser Dieu travailler en nous.

Vos témoignages

  • Corentin 28 janvier 2021 11:05

    Merci, Père pour vos belles paroles, qu appuient avec tant de fidélité et d’efficacité sur la Beauté de la Parole de Dieu, sur Jésus, Verbe s’est fait chair, même dans les faiblesses de notre chair…

  • pierre 28 janvier 2021 08:32

    Jésus est tel que Marie le décrit dans son chant de louange : le Magnificat. Il relève les humiliés et renverse les orgueilleux.

    Il est celui qui affronte tous les dangers de notre vie, sans dévier de la route qui donne la vraie vie : Amour de Dieu et Amour des Hommes.

    Sa grâce Divine surabondante nous soutien tout autant qu’elle renverse nos illusions et notre idolatrie.

    Par Lui nous sommes toujours sauvés, même si nous devons mourir au terme de notre vie humaine périssable : Jésus à traversé la mort dégradant l’humanité comme nous (sauf , le péché qui est rupture d’alliance avec Dieu) mais pour nous en délivrer.

    Avec Lui nous sommes à l’abri des faiblesses sans remèdes et des forces sans limites : Jésus donne sa Vie Divine comme remède à nos faiblesses (Eucharistie) et Sa Parole Divine sans limite (Bonne Nouvelle) pour dominer toutes les puissances du Mal.

    En Lui nous trouvons un refuge pour notre vie humaine agitée et affolée par un monde hostile et bouleversant : Jésus connaît tous nos combats intérieures, tous nos états d’âme, toutes nos maladies, et toutes nos blessures. Il a tout porté, supporté, prié pour nous. Il est le Maitre de la Vie dans l’Esprit Saint qui appaise la peur, canalise l’ardeur et renouvelle notre candeur.

    Si nous avançons à sa suite, les virages brusques et les dérapages inévitables de nos comportements, témoignent d’un apprentissage que Jésus connaît et ne réfute pas, car il discerne toujours « le cri du cœur » qui guide notre vie vers Lui.

    Dans l’Amour de notre semblabe, Jésus sait bien qu’il y a du bon grain et de l’ivraie, et que ce sont les anges de Dieu (ses messagers) qui sont en mesure de choisir la meilleure part sans erreur. Les humains ne sont pas des anges, …mais ils ont tous un ange gardien qui veille sur eux.

  • Genevieve 27 janvier 2021 21:19

    Oui Jesus est Bon, Il a tant de comprehension pour notre etat, Il est Fils de Marie, notre Mere, qui enveloppe nos faiblesses et forces d’ Amour Divin.

  • Vermont AKA 28 janvier 2020 07:14

    les deux aspects de la vie humaine : Force et faiblesse. Jésus, fatigué, dort (faiblesse), Jésus, se levant de son sommeil, ordonne aux tempêtes de se calmer (force). les disciples avaient peur et la crainte (moment de faiblesse) et Jesus calme la tempête, ils retrouvent la paix en eux (force). Dans la vie, il est alors important de faire l’équilibre entre nos moments de faiblesse et les moments de force, accepter dans nos vies ces deux réalités, et tout faire que nos faiblesses ne priment sur nos forces. Servir Dieu avec ses forces et faiblesses. Même dans nos moments de faiblesse, ne jamais oublier qu’on a toujours la force en soi et avec soi : Jésus présent dans la barque de notre vie.

  • Sophie 27 janvier 2020 20:08

    Oui, la délicatesse a toute sa place lorsqu’ il s agit d avancer dans l Œuvre de Dieu. Avec la douceur et l’humilité comme vous soulignez Père Gilbert.

    Merci.

  • Laetitia 28 janvier 2017 11:11

    Merci de m’avoir compris St Thomas d’Aquin un peu, pourquoi il est docteur de l’Eglise, on peut apprendre de lui.

Revenir en haut