Samedi de la 7e semaine de Pâques

« Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? Toi, suis-moi. »
Vendredi 3 juin 2022

Ac. 25,13-21 Ps. 21 Jn. 21, 20-25

  • Le samedi 4 juin 2022 iCal
    7e semaine de Pâques : Samedi de la 7e semaine de Pâques

S’étant retourné, Pierre aperçoit, marchant à leur suite, le disciple que Jésus aimait. C’est lui qui, pendant le repas, s’était penché sur la poitrine de Jésus pour lui dire : « Seigneur, quel est celui qui va te livrer ? »

Pierre, voyant donc ce disciple, dit à Jésus : « Et lui, Seigneur, que lui arrivera-t-il ? » Jésus lui répond : « Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? Toi, suis-moi. » Jésus ressuscité renouvelle la fidélité des disciples, particulièrement celle de Pierre et de Jean. Pierre voudrait s’accorder à la vision de Jésus sur chacun puisqu’il lui donne de guider son Église. Il voudrait entrer dans la connaissance des projets de notre Père des cieux sur chacun des siens. Nous comprenons son désarroi devant la beauté de l’appel de Jean. Son appel est le secret du Père. Jésus est dans la vision du Père pour chacun, elle est unique. Jean, le disciple aimé de Jésus, est une préoccupation pour Pierre. Jésus manifeste le "secret" du disciple bien aimé qui ne se révèle que dans cet Amour même. "Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ?" La continuité de l’expérience vécue par les apôtres avec Jésus demeure. Jésus ressuscité réaffirme sa présence aux côtés de ceux qui Le suivent. Son être est glorifié et il donne la vie éternelle par son humanité glorifiée. Il surprendra ses disciples "jusqu’à la fin » ! Il chérit l’humanité que Marie lui a tissée en l’emmenant dans ce retour vers le Père.

Le bruit courut donc parmi les frères que ce disciple ne mourrait pas. Or, Jésus n’avait pas dit à Pierre qu’il ne mourrait pas, mais : « Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? » C’est ce disciple qui témoigne de ces choses et qui les a écrites, et nous savons que son témoignage est vrai. Pierre doit respecter le secret du grand mystère de l’œuvre de Dieu. L’Esprit Saint qui est intervenu auprès de la Vierge Marie pour que se réalise la venue de Jésus dans la chair, continue son œuvre d’amour. Dans l’engendrement du Père, Marie a tissé Jésus dans la chair dans le Saint Esprit. Le mystère de l’Incarnation fut progressivement révélé ! L’unité d’amour entre le Père et le Fils s’est retrouvée entre la mère et son enfant, c’est l’unité de l’Esprit Saint. Cette unité ne cessera pas, même dans les moments les plus difficiles de la Passion de Jésus. « Je veux que là où je suis, ils soient eux aussi ! » Jésus, le nouvel Adam, et Marie la nouvelle Ève, se trouvent réunis dans la Passion et la compassion avec Jean qui devient son fils. Ce mystère de l’unité de l’Amour, tel qu’il est réalisé en Dieu doit se réaliser en nous, c’est un secret d’amour que seul l’Esprit Saint va nous révéler.

Il y a encore beaucoup d’autres choses que Jésus a faites ; et s’il fallait écrire chacune d’elles, je pense que le monde entier ne suffirait pas pour contenir les livres que l’on écrirait. La continuité de l’œuvre de Jésus, dans l’espace et dans le temps, se poursuit par le disciple bien-aimé. Il rend témoignage que le Seigneur est avec lui en toute circonstance. C’est la raison pour laquelle il peut l’écrire et sa parole est véritable. Il rend témoignage en éprouvant la présence continuelle du Christ. Chacun d’entre nous peut devenir ce disciple bien-aimé dans la mesure où il se laisse guider par l’Esprit Saint. C’est l’Esprit Saint qui nous aide à découvrir, à l’intérieur de nous-mêmes, la présence de Jésus. Jésus nous a donné les paroles de la vie qui ne passe pas. Les Apôtres les ont reçues et ils ont cru que le Père les a envoyés. L’Imposition des mains fait de nous les membres vivants du Christ qui tiennent leur unité de l’unité même de la Trinité : « Qu’ils soient un comme toi Père et moi nous sommes un. » Dans cette remontée vers le Père, Jésus nous entraîne dans son amour. Pierre doit entrer dans ce mystère de vie qui le dépasse et où chacun, selon sa grâce, suit Jésus : « La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus–Christ. »

Nous demandons la grâce d’entrer dans le plan d’amour infini de Dieu notre Père.

Vos témoignages

  • pierre 4 juin 2022 09:58

    S’étant retourné, Pierre aperçoit, marchant à leur suite, le disciple que Jésus aimait.

    Notre humanité comme celle Simon-Pierre a besoin d’être rassuré et l’instinct grégaire nous suggère de tenir compte du sens de la vie qui anime ceux qui vont dans le même chemin que nous.

    Entre le disciple que Jesus aimait et Jesus (…mais Jesus aime tous des disciples, et plus particulièrement ceux qui le suive, sans se retourner…) Simon-Pierre, regarde "ailleurs" pour trouver la vie Divine où Jesus l’appelle, dans ce passage après la Résurrection et vers l’Ascension.

    Simon-Pierre s’inquiète humainement pour l’avenir de l’autre disciple, mais Jesus le ramène toujours sur le bon chemin, c’est Lui, le Chemin, la Vérité et la Vie : Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? Toi, suis-moi.

    Jesus ne se laisse pas dépasser dans le Don de Soi : Lui seul peut nous mener à passer de l’humain au Divin. L’imitation d’un disciple par un autre disciple "rapproche humainement" mais seul Jesus peut nous rétablir dans la filiation Divine et les Dons de l’Esprit Saint.

    Je vous enverrai l’Esprit de vérité, dit le Seigneur ; il vous conduira dans la vérité tout entière.

    Que la Fête de Pentecôte et de l’envoi de l’Esprit Saint, nous aide à retrouver la véritable fidélité envers la Parole et la Vie Divine de Jesus sans se retourner vers une comparaison humaine qui ne ramène qu’à l’entre-soi humain…

    Le synode sur la synodalité (2021-2023) dans l’église locale et universelle est un appel à redynamiser nos relations humaines dans l’Esprit Saint plus que dans l’esprit commun d’un monde qui ignore ou sous estime le Don de Dieu en Jesus-Christ.

  • pierre 22 mai 2021 08:03

    En Jesus se trouve accomplit toute notre humanité, ce qui n’exclue pas la diversité des situations de chacun, mais souligne la singularité de la relation interpersonnelle quand se vit notre liberté et où s’exerce notre libre choix.

    La grâce de Dieu en Jesus fait l’unité de toutes les grâces données en particulier.

    Quand Jesus appelle une personne à le suivre il indique un sens de la vie que le disciple, apôtre, ami ou témoin émerveillé du Saint Amour parmi les saints (figure du Paradis ultime où Jesus demeure), n’a pas encore découvert dans Sa Vie (Divine) et dans la sienne (humaine).

    Le charisme de chacun reste en deçà du Charisme du Maître de la Vie, tandis que chacun reste tributaire de sa propre mort, vis à vis de la Passion de Jésus.

    De quel Amour nous sommes aimé de Jesus ! Exclamation ou question qui en retour interpelle, comme Jesus : toi qui que tu sois, de quel Amour aimes tu ?

    Notre humanité évolue, elle n’est pas figée, ni pour le meilleur et ni pour le pire, car tout dépend de Jesus qui a accomplit pour nous et pour chacun d’entre nous tout le retournement de la vie perdue en ce monde périssable, en VIE rendue éternelle, dans l’Esprit Saint

    Mais dans la Vérité de l’Esprit Saint, la rencontre intérieure et extérieure avec la Parole de Dieu en Jesus, cette évolution équivaut à une transformation ultime et décisive : christianisation par le christ ressuscité (par Lui, avec Lui et en Lui) ou rejet hors du règne de Dieu, parmi les rancœurs et les lamentations (temporelles ou éternelles, selon la portée de la conscience et de la vie vécue en privée et en public, face à face avec le Ressucite)

    "Il y aura plus de joie au ciel pour un seul pécheur repenti que pour 99 justes qui n’ont pas besoin de se repentir" (Luc 15,7)

  • georges Theoleyre 22 mai 2021 03:58

    Georges

    « Chacun d’entre nous peut devenir ce disciple bien-aimé dans la mesure où il se laisse guider par l’Esprit Saint. C’est l’Esprit Saint qui nous aide à découvrir, à l’intérieur de nous-mêmes, la présence de Jésus. »

    Pére Gilbert merci pour ces paroles. Qu’il est bon de se rappeler comme le dit le psaume de ce jour : que le « Seigneur scrute chacun de nos faits et gestes. »

  • Jacinthe 7 juin 2019 19:12

    Père Gilbert, en ce jour avant la Pentecôte, je tiens à vous remercier pour vos paroles de Sagesse qui ont leur source en l’Esprit Saint. Merci pour ce service en Eglise.

Revenir en haut