Jeudi Saint

Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres.
Mercredi 31 mars 2021

Ex 12, 1-8.11-14 Ps 115 1Co 11, 23-26 Jn 13, 1-15

  • Le jeudi 1 avril 2021 iCal
    Semaine Sainte : Jeudi Saint

"Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout.

Au cours du repas, alors que le diable a déjà mis dans le cœur de Judas, fils de Simon l’Iscariote, l’intention de le livrer, Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu, se lève de table, dépose son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ; puis il verse de l’eau dans un bassin. Alors il se mit à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture. Nous entrons dans le premier jour du « triduum pascal. » Jésus lave les pieds de ses apôtres les faisant ainsi entrer dans la grande vertu de l’humilité. Il quitte son vêtement nous annonçant déjà le dépouillement de ses vêtements avant la crucifixion et le dépouillement de son corps de chair pour ressusciter en Corps de gloire. Jésus annonce le don total de sa personne pour le salut de l’humanité et la gloire de son Père. Si ce geste était normal à l’époque de Jésus, cette tâche revenait à un serviteur de la maison. Jésus manifeste l’amour et l’humilité qui sont les deux ailes nous permettent d’avancer vers le Royaume éternel de Dieu notre Père avec lui. Jésus n’hésite pas, toute sa vie est orientée en ce sens. Il nous prépare, comme ses disciples, au don de l’Eucharistie qui nous sera donnée, pour que nous ayons le courage d’entrer dans sa Passion. Il donne en partage son Corps et son Sang, prémices de l’acte d’amour suprême de sa crucifixion.

"Il arrive donc à Simon-Pierre, qui lui dit : « C’est toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? » Jésus lui répondit : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras. » Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi. » Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, mais non pas tous. » Pierre est dans l’étonnement, Jésus se fait le serviteur, par ce geste ingrat et humiliant, il se baisse, s’abaisse et lave les pieds poussiéreux et il les essuye. Pierre refuse ce geste de Jésus mais il finira par l’accepter quand Jésus lui dira clairement qu’il n’aurait point de part avec lui s’il refuse cet abaissement. Jésus, par ce geste du lavement des pieds, invite ses disciples à entrer dans l’humilité, grâce par laquelle ils entreront dans le Royaume de Dieu. Nous voulons nous dépouiller de nos complexes pour accepter avec joie de servir les autres ou d’être servi par eux dans un acte d’humilité réciproque. Quand il leur lave les pieds, Jésus bouleverse nos conceptions de service pour nous transformer de fond en comble. Jésus, par cet acte du lavement des pieds, nous révèle que la plus haute humilité consiste à nous vider de nous même pour toucher la grâce ineffable de Dieu. Au cours de ce dernier repas, Jésus gratifie ses disciples d’une nouvelle présence par le mystère de l’Eucharistie.

"Il savait bien qui allait le livrer ; et c’est pourquoi il disait : « Vous n’êtes pas tous purs. » Quand il leur eut lavé les pieds, il reprit son vêtement, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ce que je viens de faire pour vous ? Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. Jésus a fait ce geste non pas avant le repas, mais pendant le repas. Il nous montre ainsi comme ce dernier repas revêt une importance véritable. En lavant les pieds de tous ses disciples, y compris de Judas, Jésus veut les faire entrer dans cet amour du Père qu’il est venu nous révéler. Le geste du lavement des pieds donne aux disciples d’entrer dans le mystère de la Croix qui approche et lui donne son sens. Nous entrons dans la nouvelle Alliance avec Jésus dans une ouverture d’amour incroyable. C’est dans le prolongement du lavement des pieds que Jésus prend du pain, prononce la bénédiction et dit : « Prenez et mangez en tous ceci est mon corps livré pour vous. » Jésus va nous sauver par sa Passion, par sa mort et par sa Résurrection, par la victoire de son amour infini sur toute violence. Jésus ressuscitera en Corps de gloire dans le Corps que Marie lui a tissé. Il nous invite à nous laisser laver « les pieds » par lui, à nous mettre à son écoute, à le regarder, à nous laisser servir. C’est lui qui agit dans nos vies, nous le contemplons jusque sur la Croix, là où son amour va jusqu’au bout.

Nous demandons la grâce de comprendre l’amour du cœur de Jésus, d’être proches de nos frères.

Vos témoignages

  • pierre 9 avril 2021 08:46

    La Sainte Humilité de Jésus nous est toujours nécessaire : nous n’avons pas sans Lui cette disposition à l’humilité en toutes circonstances.

    Nos réticences comme disciple, comme Pierre qui n’est pas encore « Saint Pierre », sont la conséquence d’une vie qui piétine : qui n’avance plus dans l’Esprit de Jésus, le corps se fatigue, et les pieds fatigués sont là pour nous le rappeler.

    Nos vies sont aussi parfois piétinées par les autres, méprisées sciemment ou bousculées involontairement.

    Comme le chantait Graeme Allwrigt dans sa chanson « Emmène moi » : Mon cœur est triste et j’ai mal aux pieds.

    La couverture du supplément « d’âme » que propose le mensuel Panorama du 03/03 au 01/04 est justement une magnifique photo d’un lavement des pieds liturgique ou monastique qui ne montre que peu de choses (pas de savon, ni de mousse) mais ce qui a fait sens dans ma vie, plus tard que ce qui a déjà été vécu, dans les 3 situations évoquées :

    • deux mains qui ondoient un une eau limpide :bénédiction,

    • un pied anonyme qui reçoit ce rafraîchissement : guérison de la lassitude

    • deux mains qui soutiennent délicatement ce pied au dessus d’un récipient et du sol : accueil du voyageur , ressurection de l’humanité fatiguée de la pesanteur terrestre.

    C’est dans cette disposition que Jésus nous désire ensemble comme des frères et sœurs d’une famille unie dans l’Esprit d’Amour et de respect mutuel.

    Jésus nous (re) dit ce Jeudi Saint comme Pierre : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras.

    Jésus nous conduit toujours selon l’Esprit Saint, ce que nous comprenons "seulement après la Fête de Pâques", sur un chemin d’éternité où Jésus nous précède toujours : Je suis tous les jours avec vous…quand nous nous laissons conduire par Son Esprit Saint.

  • laurence dautreppe 1er avril 2021 08:01

    Merci ?mon père pour votre homélie.

  • Corentin 1er avril 2021 07:53

    Très bonne fête à vous aujourd’hui, cher Père Gilbert !

  • Horthense 9 avril 2020 19:53

    Pour le service de communion, merci Père.

  • Dominique 8 avril 2020 20:26

    Très belle fête à vous très cher Père Gilbert

    En action de grâces pour votre sacerdoce et don de votre vie à la suite de Jésus Sauveur

  • 18 avril 2019 11:17

    « Quand on vient de prendre un bain, on n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds : on est pur tout entier.

    Jésus enseigne sans cesse ce qui nous est nécessaire : Le bain de pieds (ou pédiluve) c’est l’ultime ablution quand on est pur de corps et d’esprit. Ce qui reste à faire quand bien même tout semble prêt pour soi, et en définitive reste à faire "pour le proche" pour le mettre dans le même état d’esprit.

    C’est un délassement pour celui qui arrive au but, c’est un geste d’accueil pour celui qui a besoin d’être reçu.

    Jésus enseigne à ses disciples "au cour du repas" à ne pas se croire arrivé avant Lui, dans le royaume de Dieu, où la Vie est "don éternel dans l’Amour de tous".

    Comme Simon Pierre, nous avons besoin de Jésus-Christ-Fils de Dieu "Crucifié et Ressuscité" pour passer de notre monde ancien, rongé par l’expérience destructrice du mal, à ce monde nouveau dans la plénitude de l’Esprit Saint, que Jésus inaugure par son Amour Vainqueur.

    C’est par l’humilité dans la relation au corps du proche et dans un cheminement quotidien "pas à pas" que nous entrons "de plein pieds et d’égalité fraternelle et éternelle" dans le mystère de l’amour immense de Jésus.

    L’Agneau de Dieu sacrifié pour sauver tout le peuple de Dieu nous précède et nous accompagne dans cette révélation de l’Amour invaincu .

    Cette offrande consume et assume toutes les failles et blessures de l’humanité dans un brasier d’amour sans fin comme le buisson ardent, l’Esprit Saint, puissance de Vie Divine ineffable, inégalable, indépassable.

  • Nages 29 mars 2018 14:20

    Père Adam, merci pour m apprendre le Christ et comment l imiter, l humilité Bon Triduum

  • Marie-Françoise 28 mars 2018 20:41

    En action de graces pour le don du sacerdoce

  • Père ramène nous plus près de toi afin de vivre plus intensément et dans la prière et le recueillement ce temps fort de l’église merci Père Gilbert

  • pierre 23 mars 2016 22:04

    Merci pour cette homelie qui parle de l amour immense de jesus dans le service.bonne fete du don du sacerdoce et merci pere gilbert.

  • chantal 22 mars 2016 23:18

    Rendons grace toujourd et en tout temps pour le sauveur