Vendredi de la 5e semaine de Pâques

Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres.
Jeudi 14 mai 2020

Ac. 15, 22-31 Ps. 56 Jn. 15, 12-17

  • Le vendredi 15 mai 2020 iCal
    5e semaine de Pâques : Vendredi de la 5e semaine de Pâques

« Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. »

Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Jésus nous invite à vivre de son amour et à le faire déborder en nous pour qu’il se traduise en amour fraternel : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. » Nous avons vu Jésus nous aimer comme un ami et nous allons mettre cet Amour unique en œuvre. Jésus nous annonce son Père : le Père t’appelle, il te veut apôtre et il t’envoie pour que tu portes du fruit, un fruit qui se manifeste dans l’amour. Nous intensifions notre prière pour demeurer dans le choix de Dieu, dans l’Esprit Saint. Le Père nous donnera tout ce que nous lui demanderons. Il nous édifie et continue son œuvre en nous : « Tout ce que vous demanderez au Père en mon nom il vous le donnera, dit Jésus. » Les désirs que Dieu a mis au plus profond de notre cœur sont exaucés. C’est ainsi que nous pénétrons dans le mystère de Dieu : « Ce que j’ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaître. » Ce que Jésus nous a fait connaître, c’est le grand amour dont nous sommes aimés.

« Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. » Aimer comme Jésus, c’est donner sa vie comme le font les époux qui, par amour, donne leur vie et assument la responsabilité de parents. Ils acceptent le sacrifice de leur temps et de leur être en faveur de leur famille : soigner, protéger, éduquer et former leurs enfants comme des personnes. Les missionnaires aussi donnent leur vie pour l’Évangile, avec ce même esprit de sacrifice. Les disciples de Jésus s’engagent dans l’amour qui vient du cœur de notre Père. Si Jésus a pris chair de la Vierge Marie, c’est pour que nous devenions ce que nous sommes, des enfants de Dieu. Jésus est venu pour nous libérer, Il est vraiment le Sauveur. Il est descendu au plus profond de nos ténèbres. En Lui nous pouvons les reconnaître et en être délivré : « Je suis la vigne, vous êtes les sarments. » Il y a une unité totale entre la vigne et les sarments. Mon Père est le vigneron qui prend soin de sa vigne et l’enveloppe d’amour. Personne n’a de plus grand amour que celui qui se défait de sa vie pour ses amis. Établis en Jésus, nous oubliant nous-mêmes ainsi que toutes nos difficultés, nous produisons des fruits merveilleux. Puisant à la sève qui est le Christ, notre vie est transformée dans un cœur à cœur avec Jésus. « Vous êtes mes amis si vous faites ce que, moi, je vous commande. »

« Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. » Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. Jésus nous donne les conditions pour donner du fruit dans l’amour : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul ; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruit. » Jésus nous invite à perdre notre vie, à la Lui donner et à mourir à nous-même pour que nous puissions aimer nos frère de l’amour du Christ, le véritable amour. A l’agonie il dira : « Père, non pas ce que je veux mais ce que tu veux. » Notre sanctification est contenue dans le mystère de Jésus, c’est lui qui nous a mis à cette place pour que nous nous accueillions dans le mystère de Dieu. Ce que Dieu veut, c’est que nous nous quittions nous-mêmes, pour être libérés de nous-mêmes. « Je vous ai choisis et établis afin que vous partiez. » Je ne vous appelle plus esclaves parce que l’esclave ne sait pas ce que fait son maître. Je vous ai appelés amis parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai entendu de mon Père. Si Jésus a pris un corps humain, conçu de l’Esprit Saint en la Vierge Marie, c’est pour unir la divinité à l’humanité. Baptisés dans le Christ, plongés dans sa mort et dans sa résurrection, nous ne faisons qu’un avec Lui.

Nous demandons la grâce d’entrer dans le mystère d’amour de Jésus qui nous sauve.

Vos témoignages

  • pierre 15 mai 2020 10:51

    La guerre 39-45 à inspiré de nombreux récits, repris dans la catégorie des films de héros militaires, tel "le jour le plus long".

    A l’heure de la section qui monte à l’assaut au péril de sa vie, le commandant en chef salut ses soldats en reliant leur mission spéciale à l’engagement vital et patriotique pour la victoire collective : "là où je vous envoi, ne cédez rien à l’ennemi qui ravage notre civilisation et nous serons victorieux, ensemble mort ou vif".

    Le discours de Jésus à ses disciples avant sa Passion est étrangement dans la même solennité, mais dans un changement de nature et d’engagement où le chef précède le troupeau, car c’est tout le peuple de Dieu qui est conduit par le Bon Berger et sauvé par l’Agneau Sans defaut.

    « Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. »

    La nature humaine est incapable de réaliser ce que Jésus réalise, car il est de condition Divine, et il nous Aime infiniment.

    Jésus réalise gratuitement, pour ses amis, ce qui nous comble Essentiellement, Humainement et Spirituellement : le don de Son Amour à l’infini et de la Vie Eternelle, dans Son Esprit Saint.

    Dans son commandement "nouveau" il donne ainsi à l’humour humain imparfait et limité, toutes les possibilités de Son Amour, pourvu que l’on se rassemble par Lui avec Lui, et en Lui, car il Est lui même la garantie victorieuse de cette lutte radicale pour engendrer l’amour dans le cœur "des uns et des autres".

    La création gémit dans l’attente de la révélation des enfants de Dieu (Romain 8:19) qui coopèrent a la libération de humanité esclave de ses conflits insolubles entre unité et diversité, ce que Jésus seul nous donne, par la Joie de l’Esprit Saint "qui dépasse tout" car il est Divin.

    • Vendredi de la 5e semaine de Pâques 15 mai 2020 13:56, par pierre

      Humour involontaire : une faute de frappe automatiquement corrigée par l’éditeur de texte a remplacé Amour par Humour au 7e paragraphe.

      Mais l’Humour est compatible avec l’Amour, Dieu Merci ! L’humour juif en est une expression réputée.

      Dans la Joie du Ciel, humour et amour se complètent,… comme Amour et Vérité se rencontrent, Justice et Paix s’embrassent (Ps85)

      L’ange au sourire peut danser avec l’ange qui a accueilli les disciples près du tombeau de Jésus. Il leur dit : « Ne soyez pas effrayées ! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ? Il est Ressuscité, il n’est pas ici" (Marc 16, 1-8)

  • Marie-Françoise 14 mai 2020 20:54

    Bon mois de prière du mois de la Vierge Marie, Père Gilbert

  • Jacinthe 24 mai 2019 13:14

    Que Dieu accorde la grâce de l’oubli de soi, de ce cœur à cœur avec Jésus Seul. Merci, Seigneur.

  • Denise Brouillette 4 mai 2018 16:46

    « Ce que j’ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaître. » De quoi s’agit-il ? Quel est donc ce savoir ? Aucun livre ne ’’contient’ ’le savoir de Dieu. Je ne pense pas que se soit une connaissance intellectuelle. Jésus nous parle d’une vie de connaissance par expérience. Désirer connaître Dieu c’est alors vivre en Dieu. Et le divin Maître nous l’enseigne ; ce qu’il a tout reçu de son Père , il nous l’a fait connaître afin que de serviteurs nous soyons ses amis bien-aimés . Pour ’’savoir ’’ Dieu, regardons les paroles et les agirs de Jésus tous empreintes d’amour, de miséricorde, de justice, de vérité. Entrer dans l’expérience personnelle de Jésus avec son Père nous révèle le Père. Croyez aux œuvres du divin Maître c’est faire nôtre la connaissance de Jésus sur Dieu, c’est en vivre une expérience personnelle. Prions l’Esprit Saint pour que l’ordre et l’harmonie soient révélation de Dieu Amour.

  • Denise Brouillette 19 mai 2017 14:38

    Quel héritage que la parole du Maître : « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé » Je n’aurai pas assez de toute une vie pour la méditer ni celle-ci ni celle d’après. Bonne journée !

  • Genevieve 19 mai 2017 06:29

    Père, frère, Epoux de l’humanité, Sauveur, Agneau, Fils Unique du Père,Berger…et aussi notre Ami - Tu ne veux qu’une seule chose, nous rejoindre par Ton Amour Céleste.

    Père Gilbert, cette homélie m’apporte une grande Paix et du réconfort. Merci de votre ministère d’Eglise.