Jeudi 18 mai 2017

Vendredi de la 5e semaine de Pâques

Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres.

Ac. 15, 22-31 Ps. 56 Jn. 15, 12-17

  • Le vendredi 19 mai 2017 iCal
    5e semaine de Pâques : Vendredi de la 5e semaine de Pâques

"Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés."

Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Jésus nous invite à vivre de son amour et à le faire déborder en nous pour qu’il se traduise en amour fraternel : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. » Nous avons vu Jésus nous aimer comme un ami, et nous allons mettre cet Amour unique en œuvre. Jésus nous annonce son Père : le Père t’appelle, il te veut apôtre et il t’envoie pour que tu portes du fruit, un fruit qui se manifeste dans l’amour. Nous intensifions notre prière pour demeurer dans le choix de Dieu, dans l’Esprit Saint. Le Père nous donnera tout ce que nous lui demanderons. Il nous édifie et continue son œuvre en nous : « Tout ce que vous demanderez au Père en mon nom il vous le donnera, dit Jésus. » Les désirs que Dieu a mis au plus profond de notre cœur sont exaucés. C’est ainsi que nous pénétrons dans le mystère de Dieu : « Ce que j’ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaître. » Ce que Jésus nous a fait connaître, c’est le grand amour dont nous sommes aimés.

"Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître." Aimer comme Jésus, c’est donner sa vie comme le font les époux qui, par amour, donne leur vie et assument la responsabilité de parents. Ils acceptent le sacrifice de leur temps et de leur être en faveur de leur famille : soigner, protéger, éduquer et former leurs enfants comme des personnes. Les missionnaires aussi donnent leur vie pour l’Évangile, avec ce même esprit de sacrifice. Les disciples de Jésus s’engagent dans l’amour qui vient du cœur de notre Père. Si Jésus a pris chair de la Vierge Marie, c’est pour que nous devenions ce que nous sommes, des enfants de Dieu. Jésus est venu pour nous libérer, Il est vraiment le Sauveur. Il est descendu au plus profond de nos ténèbres. En Lui nous pouvons les reconnaître et en être délivré : « Je suis la vigne, vous êtes les sarments. » Il y a une unité totale entre la vigne et les sarments. Mon Père est le vigneron qui prend soin de sa vigne et l’enveloppe d’amour. Personne n’a de plus grand amour que celui qui se défait de sa vie pour ses amis. Établis en Jésus, nous oubliant nous-mêmes ainsi que toutes nos difficultés, nous produisons des fruits merveilleux. Puisant à la sève qui est le Christ, notre vie est transformé dans un cœur à cœur avec Jésus. « Vous êtes mes amis si vous faites ce que, moi, je vous commande. »

"Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure." Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. Jésus nous donne les conditions pour donner du fruit dans l’amour : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul ; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruit. » Jésus nous invite à perdre notre vie, à la Lui donner et à mourir à nous-même pour que nous puissions aimer nos frère de l’amour du Christ, le véritable amour. A l’agonie il dira : « Père, non pas ce que je veux mais ce que tu veux. » Notre sanctification est contenue dans le mystère de Jésus, c’est lui qui nous a mis à cette place pour que nous nous accueillions dans le mystère de Dieu. Ce que Dieu veut, c’est que nous nous quittions nous-mêmes, pour être libérés de nous-mêmes. « Je vous ai choisis et établis afin que vous partiez. » Je ne vous appelle plus esclaves, parce que l’esclave ne sait pas ce que fait son maître. Je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai entendu de mon Père. Si Jésus a pris un corps humain, conçu de l’Esprit Saint en la Vierge Marie, c’est pour unir la divinité à l’humanité. Baptisés dans le Christ, plongés dans sa mort et dans sa résurrection, nous ne faisons qu’un avec Lui.

Nous demandons la grâce d’entrer dans le mystère d’amour de Jésus qui nous sauve.

Vos témoignages

  • Denise Brouillette 19 mai 2017 14:38

    Quel héritage que la parole du Maître : « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé » Je n’aurai pas assez de toute une vie pour la méditer ni celle-ci ni celle d’après. Bonne journée !

  • Genevieve 19 mai 2017 06:29

    Père, frère, Epoux de l’humanité, Sauveur, Agneau, Fils Unique du Père,Berger…et aussi notre Ami - Tu ne veux qu’une seule chose, nous rejoindre par Ton Amour Céleste.

    Père Gilbert, cette homélie m’apporte une grande Paix et du réconfort. Merci de votre ministère d’Eglise.