Lundi 22 mai 2017

Mardi de la 6e semaine de Pâques

il vaut mieux pour vous que je m’en aille, car, si je ne m’en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous ; mais si je pars, je vous l’enverrai.

Ac. 16, 22-34 Ps. 137 Jn. 16, 5-11

  • Le mardi 23 mai 2017 iCal
    6e semaine de Pâques : Mardi de la 6e semaine de Pâques

" Je m’en vais maintenant auprès de Celui qui m’a envoyé, et aucun de vous ne me demande : “Où vas-tu ?”

Mais, parce que je vous dis cela, la tristesse remplit votre cœur. Jésus nous invite à grandir dans la perspective de sa Résurrection. Il nous provoque à nous tourner vers le Père, à sa suite, pauvre et nu. Le temps pascal, dans le parcours des apparitions, nous donne une nouvelle ouverture à la vie, une croissance de tout notre être de croyant. Nous sommes sous la mouvance de l’Esprit Saint qui nous conduit sur des chemins inconnus qui nous identifient à Jésus. « C’est votre intérêt que je parte, » dit-il, en nous entraînant vers le Père. Nous suivons le chemin parcouru par Jésus ! Il a pris soin de nos blessures, il nous a donné le pardon, il nous donne une nouvelle croissance de vie. Jésus a dit aux disciples combien ils seront l’objet de la violence du monde car les forces d’orgueil et de violence s’opposent à leur marche en avant. La plus merveilleuse des réponses se trouve dans la Paix intérieure de celui qui fait confiance à Dieu. L’Esprit Saint est à l’œuvre dans le cœur des Apôtres, Dieu brise les entraves des prisons et brûle nos résistances au feu d’amour de son amour. C’est la vérité de Jésus qui s’annonce, il nous a sauvés du mal, il nous donne son Esprit Saint, le Défenseur.

« Pourtant, je vous dis la vérité : il vaut mieux pour vous que je m’en aille, car, si je ne m’en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous ; mais si je pars, je vous l’enverrai." Quand il viendra, il établira la culpabilité du monde en matière de péché, de justice et de jugement. Jésus fait appel à notre intelligence éclairée par l’Esprit Saint. Joint à notre esprit, « il dénonce » l’erreur du monde sur le péché, sur le bon droit, et sur la condamnation. L’Esprit Saint, à l’intime de nos cœurs, expose les erreurs du monde, celles qui concernent le péché, la rupture avec Dieu. Il nous propose ce que nous avons à comprendre pour vivre pleinement notre situation présente. « L’erreur du monde, » est le mensonge. Jésus, situé dans notre histoire, nous a sauvé du mensonge et de l’erreur. L’Esprit Saint vient nous donner une nouvelle vie qui prend racine dans la vie de Jésus. C’est une vie de fidélité, de croissance, d’amour et de louange ! Nos prisons peuvent devenir des lieux de grâce moyennant une « mort » au péché, une « mort » à nous-mêmes ! C’est l’Esprit Saint qui réalise la conversion de la violence et de la mort, de ce qu’il y a de plus difficile à convertir en nous. La Bonne Nouvelle de Jésus est l’annonce de l’amour nouveau qui prend corps en nous. Le don de l’Esprit Saint nous est donné, et dans cet amour divin, chacun retrouve son visage.

"En matière de péché, puisqu’on ne croit pas en moi. En matière de justice, puisque je m’en vais auprès du Père, et que vous ne me verrez plus. En matière de jugement, puisque déjà le prince de ce monde est jugé." C’est un nouveau chemin de foi, dans la douceur et dans l’humilité qui s’ouvre devant nous. Jésus nous propose de vivre pleinement de son amour au cœur de notre pour vie. Il est venu apporter le feu de l’Amour sur la terre en nous donnant l’Esprit Saint. Le menteur est terrassé, il ne peut plus nous illusionner. Ce qui n’était pas possible, enténébré par le menteur, devient un chemin déjà parcouru par Jésus le Sauveur. Nous reconnaissons nos limites et nous les donnons à l’Amour infini de Dieu. Elles sont offertes pour devenir des lieux de croissance, à la suite de Jésus. Nous discernons notre origine, là où s’enracine l’Amour dans notre vie. A cette Lumière nouvelle, nous comprenons l’erreur du monde et nous pouvons vivre une vie nouvelle qui prend racine dans la vie de Jésus. L’Esprit Saint nous donne de considérer autrement notre vécu. Nous croyons en l’amour tout puissant de Dieu, et nous laissons l’Amour infini de Dieu travailler en nous. Désormais la peur a perdu son pouvoir et nous demeurons dans l’Amour avec Jésus à jamais Vivant.

Nous demandons à l’Esprit Saint la grâce d’intensifier notre prière.

Vos témoignages

  • François-Marie 11 mai 2015 21:54

    Comme c’est bon de penser que grâce à la ^Présence de l’Esprit Saint la peur a perdu son pouvoir.

    Un très grand merci Père Gilbert pour vos homélies si édifiantes.