Vendredi 25 mai 2018

Samedi de la 7e semaine, année paire

« Laissez les petits enfants venir à moi ; ne les empêchez pas, car c’est à leurs pareils qu’appartient le Royaume de Dieu."

Jc 5,13-20 Ps 140 Mc 10, 13-16

  • Le samedi 26 mai 2018 iCal
    semaine 7 : Samedi de la 7e semaine, année paire

"On présentait des petits enfants à Jésus pour qu’il les touchât, mais les disciples les rabrouèrent."

Au temps de Jésus, les enfants peuvent être objets de mépris de la part des adultes. Alors Jésus donne un enseignement concret sur la manière de devenir ses disciples, il accueille les petits enfants à le rejoindre. Jésus se présente lui-même comme le serviteur de tous. Dans ce message il montre à ses disciples que les enfants sont le modèle de l’accueil du Royaume de Dieu. Le petit enfant est le don le plus merveilleux de Dieu et de l’humanité. Comme nous comprenons ces mamans qui désirent que Jésus bénisse, touche, leur "petit." Ce petit enfant a un cœur, il règne par son amour sur le cœur de sa maman ! Elle peut se sentir dépassée par la demande de son enfant. Jésus est cet Amour surabondant qui seul peut nous combler. C’est ce cœur qui contient le mystère de Dieu lui-même. Depuis que Jésus a pris chair de la Vierge Marie, l’amour infini de Dieu s’est habitué dans un cœur humain. Le cœur de Jésus bat au rythme de la Trinité sainte. Du cœur de Jésus l’Amour s’est répandu dans le cœur et dans la vie de Marie. Dans la relation qui les unit, Jésus fait battre le cœur de Marie au rythme de son propre cœur. Mais les disciples ne sont pas encore entrés dans cette perspective !

"Ce que voyant, Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les petits enfants venir à moi ; ne les empêchez pas, car c’est à leurs pareils qu’appartient le Royaume de Dieu." Dans la proximité de Jésus, les familles sont choquées par l’attitude des disciples qui excluent leurs enfants ! Ce mépris à l’égard des enfants heurte profondément Jésus : « Voyant cela, Jésus se fâcha. » Il désigne les enfants et « ceux qui leur ressemblent » comme les bénéficiaires privilègiés de son Règne. Dieu Amour, « Père, Fils et Saint-Esprit, » Amour infini, s’est révélé pour nous quand Jésus prend chair de la Vierge Marie. Dieu, en Jésus, est devenu vrai homme. Il est aimé par Marie dans l’Esprit Saint comme Dieu aime ! Avec Marie, le cœur de toute personne humaine est invité à battre au rythme de l’amour infini de Dieu. C’est au ciel que nous admirerons la beauté de cet amour plénier. Sur la terre, c’est dans la nuit de la foi que nous vivons de ce mystère. Cependant, de petites éclaircies nous sont données de temps en temps. Cet amour, établit désormais dans le cœur humain, se manifeste d’une manière unique dans le tout petit l’enfant.

"En vérité je vous le dis : quiconque n’accueille pas le Royaume de Dieu en petit enfant, n’y entrera pas. » Puis Jésus les embrassa et les bénit en leur imposant les mains." L’accueil par Jésus de l’enfant manifeste la grandeur de la petitesse, et de la pauvreté. L’enfant est le signe vivant d’une grande capacité d’écoute et de confiance. La disponibilité de l’enfant est un exemple pour les croyants. Jésus l’affirme avec toute la solennité voulue. L’étreinte affectueuse de ces petit est hautement significative. La « bénédiction » qui l’accompagne met en acte le Don de Dieu que Jésus ouvre le Royaume de Dieu aux enfants. Depuis la rupture de l’origine, Dieu a compassion de notre détresse. Il nous aime pauvres et petits, pécheurs, quand nous nous sommes éloignés de Lui. Depuis Noël, le tout petit l’enfant est une "icône" par laquelle nous comprenions l’Amour infini que Dieu a mis dans notre cœur. Les sentiments de son cœur sont ainsi découverts par nous. C’est un reflet de ce Dieu qui a pris notre nature humaine pour nous sauver. L’Esprit Saint nous fait entrer dans cette nouvelle alliance. Ainsi nous pouvons venir en aide aux petits et aux pauvres ! Dans cette nouvelle alliance, c’est à l’école des touts petits et des Pauvres que nous le découvrons.

Nous demandons la grâce de la petitesse et la grâce d’une grande pauvreté.

Vos témoignages

  • Michel 20 mai 2016 22:08

    Une très belle homélie Père Gilbert sur la petitesse et la pauvreté, voie royale vers le Royaume de Dieu, voie qu’avaient pris Dieu Lui-même et sa Mère sur cette terre vivant notre humanité…Merci beaucoup de laisser passer par vous la Lumière de Dieu…