Lundi 14 mars 2016 — Dernier ajout lundi 23 mai 2016

Mardi de la 8e semaine, année paire

Jésus dit : Amen, je vous le dis, il n’est personne qui ait quitté, à cause de moi maison, frères, sœurs, mère, père, enfants qui ne reçoive le Bonheur du ciel, avec des persécutions.

1 P. 1, 10-16
Ps. 97
Mc. 10, 28-31

  • Le mardi 24 mai 2016 iCal
    semaine 8 : Mardi de la 8e semaine, année paire

Pierre se mit à lui dire : Nous, nous avons tout quitté pour te suivre.

info document - JPEG - 133.1 ko

Jésus avait posé le regard sur cet homme qui voulait savoir comment obtenir la vie éternelle, il lui avait manifesté son amour. Ce regard de Jésus a impressionné les disciples. Devant ce regard rempli de tendresse, ils s’attendaient à ce que cet homme éprouve le même amour pour lui et lui renvoie ce même regard d’amour. Ils ont été témoins, au contraire, de la tristesse qui s’est emparée du cœur de cet homme qui s’est enfui. La proposition de Jésus de vendre tout ses biens lui a fait peur. Les disciples stupéfaits disent à Jésus : « Qui peut entrer dans le royaume ? » Pour les hommes c’est impossible répondit Jésus, mais pas pour Dieu. Comment alors suivre cet appel séduisant et l’exigence de tout perdre ? Pierre déclare à Jésus : « Voilà que nous avons tout quitté pour te suivre. » Il faut que Pierre comprenne ce que Jésus veut nous dire, à quoi il nous appelle. Jésus nous appelle à un « donner » pour se libérer et pour ainsi entrer dans un « recevoir » du Royaume. C’est dans ce mouvement que nous recevons bien au delà de ce nous donnons. Le propos de Jésus s’applique à ce que nous vivons, il nous donne de répondre vraiment à son appel en nous parlant de la pauvreté. Nous sommes devant une promesse, un appel annoncé par cet événement, ou Jésus est attirant, porteur d’une belle promesse de vie.

Jésus répondit : il n’est personne qui ait quitté, à cause de moi et de la bonne nouvelle, maison, frères, sœurs, mère, père, enfants ou terres, et qui ne reçoive au centuple, dans le temps présent, maisons, frères, sœurs, mères, enfants et terres, avec des persécutions et, dans le monde qui vient, la vie éternelle. Les deux listes de Jésus sont quasi identiques, cependant, dans la deuxième, le père n’est plus énoncé, car nous n’avons qu’un seul Père. Si nous nous défaisons de tout, c’est pour aller vers notre « être » qui ne se prend plus sur la base d’un « avoir, » mais sur celui d’un « être avec, » d’un « être pour, » d’un « être qui se lance » vers le Père, à la suite de Jésus. Vous allez recevoir en ce temps déjà le centuple dit Jésus, c’est une abondance d’Amour qui est annoncée là. L’Esprit- Saint met alors une vie nouvelle dans notre cœur, une Vie divine. Jésus ajoute : « Avec des persécutions. » Les persécutions viendront de l’extérieur mais aussi de l’intérieur. Cette vie toute nouvelle est celle que Marie a vécu avec Jésus au milieu de nous. L’Amour unique du cœur de Jésus et du cœur de Marie nous invite à demeurer dans l’Esprit-Saint pour vivre du mystère de vie divine annoncée par les prophètes. Jésus veut pour nous une relation d’Amour avec Lui, dans la vérité et la lumière de l’Amour. Mais que de résistances au plus profond de nos entrailles, avant que nous ne nous laissions mouvoir par l’Esprit-Saint.

Beaucoup de premiers seront derniers, et les derniers seront premiers, dit Jésus. C’est un changement de perspective que nous allons réaliser qui repose sur un autre fondement, qui est celui de l’être avec, et non pas de l’avoir. Cela nous change radicalement, c’est comme une nouvelle naissance. Cette nouvelle naissance nous inscrit dans une nouvelle famille engendrée par une Parole divine vivante. Dès lors, ce que nous avons, nous reconnaissons que nous le recevons. Nous découvrons, dés alors que nous vivons tournés vers une promesse, celle d’être avec Jésus en mouvement vers le Père qui nous appelle. La réalité de l’Amour qui est reçu comme un don, nous donne une nouvelle identité, elle nous fait entrer dans la fraternité universelle. Nous ne sommes plus comme avant avec les autres, nous faisons partie d’une famille qui est irriguée par la Vie éternelle. Cela nous introduit en contradiction possible avec les autres qui sont toujours du « monde, » et qui restent sur leur base. Cette contradiction peut entrainer des persécutions que nous supportons pour que la Bonne Nouvelle de Jésus avance. C’est le bonheur que Jésus promet, ce n’est pas le bonheur de la terre, mais celui du ciel qui est déjà sur la terre. Nous sommes mus par l’Esprit-Saint, et nous voulons laisser l’Esprit-Saint accomplir les merveilles de Dieu.

Nous demandons la grâce de choisir le bonheur qui vient de Dieu.