Jeudi 1er juin 2017 — Dernier ajout mercredi 29 mars 2017

Vendredi de la 7e semaine de Pâques

Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. »

Ac. 25, 13-21
Ps. 102
Jn. 21, 15-19

  • Le vendredi 2 juin 2017 iCal
    7e semaine de Pâques : Vendredi de la 7e semaine de Pâques

"Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. »

Le questionnement de Jésus à Pierre qui l’a renié résonne aussi chez nous : « Simon fils de Jean m’aimes-tu ? » Pierre, comme nous, a souffert de sa faiblesse quand il a renié Jésus ! Mais Jésus le relève. Le « travail » de Dieu est un travail d’enfantement permanent. L’humanité essaye d’avancer selon ses propres forces, elle aboutit souvent à l’échec. Avant d’arriver à son but, elle ne comprend pas ! Avec sa Passion et sa Résurrection, Jésus apporte une espérance nouvelle. Seigneur ! Tu sais bien, toi, que je suis ton ami ! On ne peut douter de la foi de Pierre, Jésus est le Verbe de Dieu, le Fils unique, le don que Dieu fait au monde à cause de son grand amour pour l’humanité. Comme tous les autres disciples, Pierre est invité à croire en Jésus, à lui confier sa vie. C’est ce qu’il exprime dans une profession de foi, à la suite du discours sur le pain de vie : « À qui irions-nous, tu as les paroles de la vie. » C’est dans la pauvreté de notre vie que nous reconnaissons Jésus dans son abaissement, dans son humiliation, dans le lieu ou il nous sauve. La naissance de l’Église a été réalisée par la Croix de Jésus et sa Résurrection. Il n’a pas fallu moins que la victoire de son amour sur la souffrance et sur la mort pour que prenne corps en nous un nouvel amour.

Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. » Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Pierre confesse son amour pour Jésus, le Fils de Dieu. Il se voit confier les brebis qui appartiennent au troupeau du Ressuscité. Jésus délègue un pouvoir pastoral à Pierre, qui devra l’exercer avec humilité et esprit de service, à la manière du bon pasteur. Pierre se voit remettre une double mission de gardien : garder et affermir ses frères dans la foi en Jésus. Le Christ est le Fils de Dieu, il faut garder la communauté des disciples dans l’amour fraternel. Quand nous croyons que tout va bien, nous nous imaginons que Dieu est là. Mais si l’épreuve arrive, avec l’échec, alors c’en est fini de notre illusion et nous perdons l’espérance ! C’est le moment où Dieu travaille, car l’or est purifié dans le creuset d’un feu qui purifie. Ce « manque » est toujours dans nos vies quand nous oublions la Source de l’amour. Il nous faut contempler la Passion et la Résurrection de Jésus. Il nous faut entrer dans ce nouvel Amour, vainqueur de toute souffrance, de toute mort. Pierre qui est passé par le feu de l’Amour de Jésus vainqueur de toute souffrance, saura réconforter ses frères par l’amour vainqueur de la souffrance et de la mort, dans l’Amour infini de Dieu.

"Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. » Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Nous recevons l’amour infini de Dieu par l’Esprit Saint qui nous est donné. Nous ne nous faisons plus d’illusion sur nous-mêmes. Nous ne pouvons pas arriver au Royaume de Dieu sans le salut de Jésus. Nous sommes toujours dans le combat entre la vie et la mort. Seule la mort du Christ nous donne la vie qui ne peut plus mourir. Les flammes du feu de l’Esprit Saint descendent sur les apôtres ! Elles descendent encore sur l’humanité en recherche de vie. Désormais les apôtres « tiennent » la place de Jésus. C’est à partir de Jésus que se fera le discernement de la Lumière et des ténèbres dans le monde. Certains diront que Jésus est mort alors que d’autres diront qu’Il est ressuscité. C’est à chacun de nous que Jésus dit : « M’aimes-tu ? » La condition de tout service et de tout ministère dans l’Église est cet amour tendre et miséricordieux de Jésus qui nous dit : « Viens et suis-moi. » Il nous donne l’Esprit Saint qui travaille l’Église de l’intérieur à la Pentecôte .

Nous demandons à Jésus la grâce de ce nouvel amour que nous donne l’Esprit Saint.

Vos témoignages

  • Estelle 1er juin 2017 23:28

    Qu’elle est belle votre homélie, Père Gilbert ! elle est d’autant plus belle qu’elle est écrite avec une telle sincérité ! Merci
    Estelle

  • Marie-Jeanne 13 mai 2016 21:18

    Notre Dame de Fatima, priez pour nous et le Père Gilbert !

  • Sophie Douchet 13 mai 2016 09:22

    Merci infiniment Père Gilbert pour vos homélies si belles et emplies d’Espérance. Encore un don de Dieu ! Tres belle fête de Pentecôte à vous ! Sophie

  • Marie-Françoise 13 mai 2016 07:49

    Merci Père Gilbert pour ces paroles si encourageantes. Elles m’aident à demeurer dans l’Amour de l’Esprit Saint malgré des épreuves.