Samedi 27 décembre 2014

Saint Jean

« C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut. »

1 Jn. 1, 1-4 Ps. 96 Jn. 20, 2-8

  • Le samedi 27 décembre 2014 iCal
    Fête des saints. Décembre : Saint Jean

"Marie Madeleine court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a mis. »

L’Eglise qui célèbre l’apôtre saint Jean exprime son génie, c’est un enseignement pour notre vie. Elle retient la scène de la reconnaissance par Jean et par Pierre des signes de la Résurrection : Marie-Madeleine leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a mis. » A partir de cette information reçue de la première des témoins, Pierre et Jean s’élance au tombeau. Jean, saisit en un instant la signification, tandis que Pierre, prend la mesure des morceaux de tissus funéraire sans pouvoir en comprendre la signification. L’apôtre Jean nous donne l’ultime révélation du mystère de Dieu : « Dieu est amour. » Il vient chez les siens, malgré l’hostilité du monde. De la crèche au crucifiement chantons-nous dans ce temps de Noël ! Toutes les nations sont invitées à reconnaitre cet amour de Dieu donné dans le mystère de Noël ! Jésus prend notre chair humaine pour que nous naissions à une vie nouvelle. Par la naissance de Jésus, sa souffrance et sa mort sur la Croix un amour nouveau apparait vainqueur dans un monde de guerre et de violence. Hérode et toutes les puissances du mal tremblent devant ce tout petit enfant qui manifeste la fragilité du mystère d’iniquité d’un monde de mensonge. L’adversité s’acharne contre Dieu mais nous remettons à Dieu notre vie et nous recevons de lui toute sa tendresse. C’est un chemin de Résurrection proposé dans l’Évangile ! Le mystère de l’amour de Dieu donné en Jésus dans la chair humaine se prolonge dans son Corps qui est l’Église. Nous voulons demeurer dans l’amour nouveau révélé par Jésus à Marie Madeleine qui alerte les Apôtres.

"Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau." En se penchant, il voit que le linceul est resté là ; cependant il n’entre pas." Jean a vu en profondeur la signification de la situation, il a compris l’intention du Seigneur, mais il demeure en relation avec Pierre, dont il respecte la préséance. Les deux se reconnaissent comme membres d’un même corps, acceptent leurs différences, ils font par là œuvre commune. Cet Évangile manifeste la victoire de Jésus sur la mort ! Désormais nous pouvons vivre de ce nouvel Amour car l’Esprit Saint a été répandu dans nos cœurs. C’est dans la lumière de ce nouvel Amour que s’opère désormais le discernement du bien et du mal dans notre vie. Dieu est amour, nous sommes ses enfants bien-aimés, créés à son image et à sa ressemblance et rachetés par le sang de l’Agneau. Nous entrons dans le monde de la victoire de l’amour de Dieu par la Résurrection de Jésus. Dieu, personne ne l’a jamais vu, mais si nous vivons dans l’Amour, Dieu devient « visible » aux yeux des hommes. En voyant les hommes s’aimer de cet amour de Dieu, nous « voyons » Dieu.

"Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau, et il regarde le linceul resté là, et le linge qui avait recouvert la tête, non pas posé avec le linceul, mais roulé à part à sa place." C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut." Il y a là, pour nous, une manière d’être membres de l’Eglise, être pleinement soi-même et relié aux autres afin de contribuer ensemble à la constitution du corps ecclésial. Jean qui a profondément aimé l’Eglise, œuvré pour son unité, sa sainteté, sa catholicité et son apostolicité, nous aide à la faire grandir aujourd’hui à la fois une, sainte, catholique et apostolique, en sachant être en liens profonds avec tous nos frères chrétiens, en sachant s’effacer devant eux, en grande humilité. C’est en cela qu’elle est l’Epouse du Christ, porteuse de la Bonne Nouvelle pour les gens de ce temps, touchés par l’amour régnant entre nous. Devant le tombeau vide, « Jean vit et il crut. » Quand la vérité de l’Amour est là, la lumière brille dans les ténèbres. Dans le Christ, nous contemplons cette œuvre d’amour et nous chantons avec Marie le Magnificat : « Il élève les petits et les humbles, il abaisse les puissants de leur trône. » Jean se fait le héros de cette victoire de l’amour. La vie de Dieu est un Don d’Amour nous est manifestée. ’Dans le cœur de l’Église, ma mère, je serai l’amour’ disait Thérèse de Lisieux pour manifester notre vocation dans ces temps qui sont les derniers.

Nous demandons à Jésus la grâce de vivre du mystère de l’Amour.